Actualité

Trafic d’être humains : Les Etats-Unis placent la Chine sur liste noire

Les États-Unis ont ajouté la Chine à une liste noire de pays ne combattant pas assez le trafic d’êtres humains, qui compte également des pays comme la Syrie, la Corée du Nord et la Russie.

La diplomatie américaine vient d’infliger un camouflet à la Chine, en l’intégrant sur la liste noire du trafic d’êtres humains, aux côtés de la Syrie ou de la Corée du Nord.

En effet, dans son rapport annuel publié mardi 27 juin, le département d’Etat a placé la Chine parmi les 23 pays de la planète qui «ne font pas d’efforts significatifs» pour combattre la traite des personnes.

L’annonce de cette rétrogradation a été annoncée par le secrétaire d’Etat Rex Tillerson.

Ce rapport annuel du Département d’Etat américain a notamment pointe le traitement de la minorité ouïghour. Cette dernière faisant l’objet de travail forcé.

Il s’agit d’un people turcophone et musulman Sunnite qui vit dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang en Chine et Asie central.

En outre, Rex Tillerson a affirmé que par le biais du travail forcé, la Corée du Nord recevait directement, sur les banques d’Etat, des centaines de millions de dollars par an.

Près de 500 000 citoyens nord-coréens sont déportés. Et travaillent contre leur gré, dans des pays ayant des liens avec Pyongyang.

A-t-il déclaré, estimant que la Chine était d’une « complicité coupable » envers le régime de Kim Jong-un.

Vers des sanctions

Pourtant, depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche, la Chine avait de quoi se réjouir.

En effet, malgré les attaques à répétition du président des Etats-Unis durant sa campagne, celui-ci n’avait pas mis ses menaces commerciales à exécution.

Or, ce rapport intervient à un moment où cette hostilité envers la Chine avait laissé place à un réchauffement spectaculaire. Il y avait notamment eu la levée de barrières commerciales entre les deux pays.

Quelques heures avant la publication de ce rapport, les tensions étaient déjà montées d’un cran.

En effet, les Etats-Unis avaient fait part de leur inquiétude quant au sort du prix Nobel de la paix. Liu Xiaobo est effectivement sorti de prison afin d’être hospitalisé pour un cancer du foie en phase terminale.

Cependant, l’ambassade des Etats-Unis à Pékin a demandé que le dissident chinois puisse être libre d’être soigné à l’étranger.

A l’annonce de ce classement, la Chine a réagi en dénonçant des propos « irresponsables » des Etats-Unis à ce sujet.

Quelques heures plus tard, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères affichait la « ferme » opposition de la Chine « aux remarques irresponsables des Etats-Unis » dans ce rapport sur le trafic d’êtres humains.

Publié le mercredi 28 juin 2017 à 14:36, modifications mercredi 28 juin 2017 à 12:02

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !