Actualité

Les traditions les plus cruelles envers les animaux

Certaines traditions permettent de justifier la cruauté envers les animaux. Certaines d’entre elles sont très peu connues… Voici quelques détails sur ces événements particulièrement barbares.

Certaines traditions sont à l’origine de la maltraitance animale. On sait par exemple que la corrida ou encore le combat de coq auraient des origines traditionnelles. Particulièrement barbares, ces pratiques n’ont pourtant pas disparu, et continuent à être pratiquées dans le monde. Et il y a également de nombreuses traditions qui persistent et dont on parle très peu. Et pourtant, elles sont à l’origine de véritables tortures pour les animaux.

Voici quelques traditions particulièrement cruelles envers les animaux. Des traditions dont vous ne soupçonnez certainement même pas l’existence. Et pourtant, vous allez voir qu’il y a des actes inqualifiables, qui sont faits uniquement pour le plaisir ou pour respecter une tradition sans intérêt…

La tradition de la Villanueva de la Vera en Espagne

Une tradition ancestrale se déroule en Espagne. C’est un pays habitué aux cruautés animales en tout genre. Mais cette fois, vous allez voir que c’est pire que tout. C’est un âne qui est mis en vedette dans cette tradition barbare et insupportable. La Villanueva de la Vera est également appelée la tradition de l’âne de Pero Palo.

Chaque année, pour la fête de Mardi Gras, les villageois de Villanueva de la Vera, décide de prendre un âne, au hasard. L’animal va devenir un souffre-douleur pendant le rituel. Il est mené dans les rues du village, et défile au milieu d’une foule en délire. Foule qui frappe l’âne, lui lance des pétards dans les pattes, le blesse volontairement. Une torture qui dure jusqu’à ce que l’animal tombe d’épuisement. Parfois, l’âne meurt dans les rues. Mais lorsque ce n’est pas le cas, il est abattu par les villageois, pour abréger ses souffrances.

Difficile de comprendre l’intérêt de cette tradition. Certains se battent pour faire remplacer l’âne par une réplique artificielle. Ce qui serait quand même plus intelligent et moins barbare…

Il est important de parler de ces traditions cruelles envers les animaux. Même si elles sont ponctuelles et qu’elles n’existent pas dans le monde entier, il est important de rappeler qu’elles existent. Il faut dénoncer ces barbaries, et c’est uniquement en les mettant en lumière que ces traditions pourront peut-être un jour enfin disparaître…

Le Dog Spinning en Bulgarie

Vous n’en avez jamais entendu parler ? Et bien rassurez-vous, c’est normal. Car c’est une tradition ancestrale qi se déroule en Bulgarie, chaque année. C’est le premier jour du Carême que les habitants d’un petit village appelé Brodolivo, se réunissent pour participer à un rituel particulièrement affreux.

 

Les habitants trouvent un chien, qui va être sacrifié. Ils l’accrochent à une corde. L’animal se débat, mais il est suspendu dans le vide, au-dessus de l’eau. Ils font alors tourner la corde, le plus vite possible, pour que le chien finisse par tomber dans l’eau. Si l’animal nage et survit, alors c’est qu’il n’a pas la rage. Sinon, il meurt et c’est selon la tradition un signe qu’il est atteint de la rage… La vitesse est si importante que le chien est parfois blessé. Sa patte se brise, et incapable de nager, il finit par se noyer.

Plusieurs associations ont déjà dénoncé cette pratique, affirmant qu’elle était cruelle et qu’elle ne présentait absolument aucun intérêt. D’ailleurs, la cérémonie a été interdite en 20016 par le Maire de la commune. Mais malgré cette interdiction, la tradition demeure. Le Dog Spinning a encore eu lieu cette année… Un spectacle terrifiant qui fait froid dans le dos.

La Virgen de la Ascuncion au Pérou

C’est au Pérou que les habitants du village de Chalhuani célèbrent chaque année la Vierge Marie. Mais cette célébration est absolument terrible pour les animaux. En effet, la tradition est assez incroyable et d’une cruauté insoutenable. En réalité, ils organisent une sorte de corrida, mais qui a une spécificité encore plus odieuse que celles que l’on connaît.

Les villageois choisissent un chien. Ce chien est choisi en fonction de son comportement. Plusieurs chiens sont observés tout au long de l’année, et le moins sage est choisi pour être puni au cours de la cérémonie. Certains affirment que ce sont des chiens désobéissants et parfois agressifs. Ils l’attachent sur le dos d’un taureau. Solidement… Impossible pour l’animal de bouger. Il est donc contraint de rester sur le dos du taureau. Ils estiment que c’est une punition justifiée à la vue du comportement du chien.

Le taureau et le chien sont alors lâchés dans l’arène. Les deux animaux sont alors torturés, puis tués. Le chien est tellement secoué qu’il est souvent démembré à la fin du combat. Les secousses sont tellement violentes qu’il arrive que l’animal meure avant la fin du combat. Devant des spectateurs en délire qui adorent ce spectacle traditionnel particulièrement barbare. Et oui, c’est une sorte de corrida dont on parle malheureusement très peu.

Le Nem Thuong Pig-Slaughter Festival au Vietnam

C’est une tradition qui se déroule au Vietnam et qui vise directement les porcs. L’idée de cette tradition est de rendre un hommage à un général s’étant opposé à l’armée impériale chinoise au XIIIème siècle. Pour lui rendre hommage et célébrer sa victoire, les habitants de Nem Thuong sacrifient deux cochons.

Les deux cochons sont choisis au hasard, puis attachés sur un char. Ils sont alors portés en procession, dans les rues du village, sous l’acclamation des villageois. Puis, ils sont coupés en deux à la machette. Sans aucune anesthésie évidemment. Ils sont donc découpés vivants, jusqu’à ce que leur corps soit coupés en deux morceaux bien distincts…

GRAPHIC CONTENT
Villagers in festive costumes slaughter one of two live pigs in front of the communal house of Nem Thuong village, northern province of Bac Ninh during a traditional spring festival event on February 24, 2015. Thousands of revellers gathered at a village near Vietnam’s capital Hanoi to witness the brutal execution of two pigs in a bloody tradition widely condemned by animal righs groups. AFP PHOTO / HOANG DINH NAM

Deux énormes flaques de sang se dispersent alors sur la place du village. Ceux qui ont infligé ces terribles souffrances aux animaux plongent alors des billets de banque dans la mare de sang laissés par les animaux sacrifiés. Le but de cette cruauté ? Et bien porte chance, bonheur et prospérité au village, pendant une année entière. On a du mal à comprendre pourquoi une telle tradition porterait chance à tout un village. Mais les villageois y croient dur comme fer, et la tradition persiste. Une cruauté sans nom pour les pauvres cochons qui sont torturés devant tout le monde. Leur agonie dure de très longues minutes. Un spectacle insoutenable…

Publié le mercredi 28 juin 2017 à 13:03, modifications mardi 4 juillet 2017 à 11:16

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

12 Commentaires