Actualité

The Force of the Sun Ladies : Le groupe de femmes prend les armes pour combattre Daesh

Terrorisées par le groupe terroriste Daesh, un collectif de femmes nommé “The Force of the Sun Ladies” – Les filles du Soleil – prennent les armes avec un seul objectif : se venger des combattants de l’Etat Islamique. Aujourd’hui, elles sont plus de 500 à s’entraîner.

Elles sont courageuses et n’ont pas peur de la mort. Âgées entre 17 et 30 ans, ces jeunes combattantes sont principalement issues de la communauté Yazidi (groupe ethnique kurde) et veulent mettre fin au calvaire des femmes quotidiennement administrées par Daesh. “The Force of the Sun Ladies” croient en la bénédiction du soleil, d’où leur nom, mais pensent aussi avoir un certain pouvoir sur ces bourreaux : si un homme est tué par une femme, il ne rencontrera pas les 72 vierges normalement prévu lors d’une mort au combat.

Née le 2 juillet 2015, la chanteuse Xate Shingali de 30 ans est à l’origine de ce groupe. Face à cet engagement, elle a également reçu l’appui de Massoud Barzani, président du gouvernement régional du Kurdistan. Questionnée par le journal britannique Daily Mail, elle était revenue sur les conditions de ces femmes parties au combat :

Nous avons seulement reçu un entraînement basique et nous avons besoin de plus… Mais nous sommes prêtes à combattre l’Etat islamique à n’importe quel moment.

Depuis août 2014, environ 5.000 femmes de la secte des Yezidis ont été enlevées et un véritable marché est né de ce phénomène. 2.000 d’entre elles ont réussi à s’échapper. Ces « esclaves sexuelles », torturées et abusées sexuellement peuvent également être vendues pour une valeur allant de 35 à 138 euros. Selon les combattants de Daesh, violer une femme non musulmane n’est pas un péché.

Certaines militantes sont d’anciennes prisonnières et veulent une revanche, d’autres veulent simplement défendre la cause féminine et libérer les otages. La capitaine de The Force of the Sun Ladies déclarait à Fox News :

Quand la guerre éclate, les femmes sont les premières victimes (…) Maintenant, nous allons combattre le mal. Nous voulons défendre toutes les minorités dans la région. Nous sommes prêtes à tout.

 

Publié le vendredi 12 février 2016 à 18:14, modifications vendredi 12 février 2016 à 18:14

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !