Actualité

Terrorisme : Les terrifiantes perspectives du patron de la DGSI

Alors que la question du terrorisme n’a jamais été aussi présente en France, notamment depuis les attaques du 13 novembre dernier, Patrick Calvar, le patron du renseignement intérieur, dévoile ses sombres prédictions quant aux méthodes qui seront potentiellement utilisées à l’avenir par les terroristes…

Le 13 novembre 2015, la France subissait les pires actes terroristes de son histoire, étant pour la première fois confrontée à des attaques simultanées menées au Bataclan, au Stade de France ainsi que devant plusieurs terrasses de café bondées. Mais pour Patrick Calvar, directeur général de la sécurité intérieure (DGSI), les méthodes employées par les auteurs de ces massacres pourraient prochainement évoluer vers quelque chose d’encore plus terrifiant.

En effet, au cours d’une audition menée à huis clos le 24 mai 2016 à l’Assemblée nationale, Patrick Calvar n’y est pas allé par quatre chemins pour dresser les projets d’avenir des terroristes, affirmant :

Je suis persuadé qu’ils passeront au stade des véhicules piégés et des engins explosifs, et ainsi qu’ils monteront en puissance. Ils vont finir par projeter des commandos dont la mission consistera à organiser des campagnes terroristes sans nécessairement aller à l’assaut avec la mort à la clef.

Pour le patron de la DGSI, c’est très clair : les terroristes vont à présent tenter de limiter leurs pertes humaines. Rappelant que, pour ce faire, les assaillants devront avant tout s’équiper d’artificiers accompagnés d’une logistique conséquente, l’expert poursuit :

Dès qu’ils auront projeté sur notre territoire des artificiers, (les terroristes) pourront éviter de sacrifier leurs combattants tout en créant le maximum de dégâts.

Mais ce n’est pas tout. Ainsi, pour celui qui est au plus près des questions terroristes depuis 1993, pas de doute :

Nous savons très bien qu’ils vont recourir à ces modes opératoires : ils ont bien vu les effets provoqués par une opération massive. Ce qui s’est passé en Belgique résulte du fait que, coincés, ils ne pouvaient plus s’engager dans des actions multiples. Mais, une fois encore, dès qu’ils auront projeté sur notre territoire des artificiers, ils pourront éviter de sacrifier leurs combattants tout en créant le maximum de dégâts.

Patrick Calvar finit par rappeler que la menace la plus forte est avant tout représentée par ceux qui ont suivi une formation en Syrie ou en Irak, à l’instar de ceux qui ont attaqué le Bataclan. Mais alors, combien sont-ils exactement ? A cette question, le patron de la DGSI répond :

Ils sont au nombre de 400 à 500.

De bien sombres perspectives d’avenir, selon cet expert sur la question terroriste !

Publié le mardi 12 juillet 2016 à 16:02, modifications mardi 12 juillet 2016 à 14:20

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

6 Commentaires