Actualité

Terrorisme : quatre adolescentes suspectées de préparer un attentat

Arrestation dans l'Oise

Quatre adolescentes françaises âgées de 14 à 18 ans soupçonnées d’être impliquées dans un projet d’attentat ont été interpellées mardi matin. Des sources proches de l’enquête révèlent que les jeunes filles étaient en contact avec le djihadiste français Rachid Kassim.

Soupçonnée de préparer un acte relevant du terrorisme, une adolescente de 18 ans a été arrêtée mardi 28 février à Creil, dans l’Oise, selon des révélations de France 3 Picardie. Des enquêteurs de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et des policiers du Raid ont confirmé avoir procédé à l’interpellation de la suspecte mardi matin. La jeune fille a été placée en garde à vue.

En contact avec Rachid Kassim

La lycéenne appartient à un groupe composé de trois mineures âgées entre 14 et 17 ans, surnommées « Les Lionnes ». Ces dernières communiquaient entre elles via une groupe de discussion sur Telegram, la messagerie cryptée fréquemment utilisée par Daesh. Les jeunes femmes auraient été en contact avec le djihadiste français Rachid Kassim, qui communiquait lui aussi par le biais de ce réseau.

En février dernier, les autorités américaines annonçaient le décès de Rachid Kassim, pris dans une frappe aérienne près de la ville de Mossoul, en Irak. Rachid Kassim était considéré comme le commanditaire d’une quinzaine d’actes terroristes sur le sol français, dont celui de Saint-Étienne-de-Rouvray.

“Profils à risque”

Des sources proches de l’enquête indiquent que deux des trois mineures ont été arrêtées à Noisiel et à Mulhouse. Une dépêche de l’AFP précise que les auditions ont démarré mardi matin et qu’elles pourront durer jusqu’à 96 heures. Elles permettront notamment d’évaluer le degrés de dangerosité des jeunes filles présentées comme des “profils à risque ». L’enquête devra déterminer si les suspectes prévoyaient de rejoindre une zone de combat au Moyen-Orient ou si elles envisageaient de commettre un attentat sur le sol français.

Ces interpellations ont eu lieu dans le cadre d’une arrestation pratiquée sur une autre adolescente. Arrêtée à Melun en août 2016, celle-ci était également inscrite sur Telegram. Dans ses messages, la jeune fille se disait prête à commettre un acte violent au nom du djihad.

Publié le mercredi 1 mars 2017 à 20:30, modifications mercredi 1 mars 2017 à 20:30

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !