Actualité

Supercoupe d’Europe: l’Atlético remporte le “super-derby” face au Real

L’Atlético règne sur Madrid et sur l’Europe! Un doublé de Diego Costa puis l’incroyable volée de Saul en prolongation ont permis aux “Colchoneros” de renverser le Real (4-2 a.p.) dans un superbe derby, mercredi en Supercoupe d’Europe, remportant leur troisième titre en trois participations à cette épreuve.

A Tallinn (Estonie), le club vainqueur de l’Europa League a frappé par Costa après seulement 50 secondes de jeu, puis fait le dos rond quand son voisin merengue, triple tenant de la Ligue des champions, menait au score après des buts de Karim Benzema (27e) et Sergio Ramos sur penalty (63e).

Costa s’est chargé d’égaliser à la 79e et c’est finalement l’incroyable volée de Saul (98e), spécialiste ès jolis buts, puis une finition chirurgicale de Koke (104e) qui ont offert à l’Atlético le scalp du grand Real, beaucoup moins redoutable sans sa superstar Cristiano Ronaldo, parti cet été à la Juventus…

Cette troisième Supercoupe de l’UEFA après 2010 et 2012, à deux longueurs du record du FC Barcelone et de l’AC Milan (5 titres), est une belle revanche pour les “Colchoneros”: ils avaient à chaque fois craqué lors de leurs précédentes finales continentales contre le Real, en 2014 (4-1 a.p.) puis en 2016 (1-1 a.p., 5 t.a.b. à 3), à chaque fois en C1.

Et c’est un succès riche de promesses pour l'”Atleti”, qui rêve désormais de remporter l’épreuve-reine européenne, seule trophée manquant à son palmarès, lors de la finale 2019 prévue dans son stade Metropolitano de Madrid.

Douloureuse défaite pour le Real

Les joueurs de l'Atletico se congratulent après un but contre le Real Madrid en Supercoupe d'Europe, le 15 août 2018 à Tallinn

(credit photo AFP) Les joueurs de l’Atletico se congratulent après un but contre le Real Madrid en Supercoupe d’Europe, le 15 août 2018 à Tallinn

Côté Real, la déception est grande pour le nouvel entraîneur Julen Lopetegui, qui débute son mandat par une douloureuse défaite et un trophée perdu. De quoi alimenter la réflexion au sein de la “Maison blanche”, en chantier après les départs de l’entraîneur Zinédine Zidane puis de Ronaldo… et peut-être tentée de s’agiter sur le marché des transferts après un été très discret.

Car un derby reste un derby, même dans le petit stade Lilleküla de Tallinn.

Très remonté, l’Atlético est entré dans la rencontre comme une tornade. Un ouragan symbolisé par Diego Costa, auteur du but le plus précoce dans toute l’histoire des finales européennes, une demi-volée surpuissante à angle fermé (1re).

Dans la difficulté, Gareth Bale s’est mis à assumer le rôle de fer de lance du Real, laissant présager une saison prometteuse si les blessures l’épargnent enfin. Il a débloqué la situation d’une accélération sur l’aile droite qui a laissé sur place Lucas Hernandez, avant d’adresser un centre du droit en direction de Benzema, buteur d’une tête piquée (27e).

Griezmann discret, Costa omniprésent

L'attaquant de l'Atletico Madrid Diego Costa après son 2e but contre le Real, en Supercoupe d'Europe, le 15 août 2018 à Tallinn

(credit photo AFP) L’attaquant de l’Atletico Madrid Diego Costa après son 2e but contre le Real, en Supercoupe d’Europe, le 15 août 2018 à Tallinn

“Benz” a d’ailleurs été impliqué aussi sur l’action du penalty puisqu’il est à la lutte avec Juanfran lorsque le défenseur espagnol touche de la main le ballon dans la surface (62e). L’offrande était trop belle et le capitaine Sergio Ramos a pris le gardien Jan Oblak à contre-pied (63e).

Côté “Colchonero”, le Français le plus en vue n’était pas Antoine Griezmann mais Thomas Lemar, qui a signé un match plein d’allant et de culot.

C’était plus compliqué pour “Grizi”, trop discret: sa titularisation après seulement 10 jours d’entraînement était un vrai pari de la part de l’entraîneur Diego Simeone… Pari perdu, puisque le champion du monde n’était pas en jambes et n’a créé qu’une demi-occasion sur une passe trop courte dans la course de Diego Costa (47e).

Mais ce dernier était omniprésent: c’est lui qui a ramené à hauteur l’Atlético en propulsant au fond une passe en retrait d’Angel Correa après un cafouillage de Marcelo (79e). Et encore lui qui a initié l’action menant à la volée adressée par Saul sous la transversale (98e), puis celle du but de Koke (104e). Une performance majuscule, dans la droite ligne d’un Mondial réussi (3 buts).

Et un avertissement à tous les adversaires des “Colchoneros” cette saison: après un recrutement ambitieux, l’Atlético compte bien régner enfin sur la grande Europe.

Publié le jeudi 16 août 2018 à 0:15, modifications jeudi 16 août 2018 à 0:15

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !