Actualité

La Suède est-elle dans le viseur de l’Etat Islamique ?

Des médias suédois annoncent que des djihadistes se seraient infiltrés parmi les migrants pour commettre des attentats à Stockholm.

Les autorités suédoises sont en alerte depuis que le site Internet du Daily Expressen a indiqué que des combattants irakiens du groupe Etat Islamique se seraient cachés parmi les migrants pour exécuter des attentats en Suède et à Stockholm plus précisément.

Toujours selon Daily Expressen, les services de renseignements irakiens ont alerté les services de sécurité suédois. Ils leur auraient ainsi indiqué que sept à huit combattants de l’Etat Islamique étaient infiltrés en Suède dans le but d’attaquer un lieu public de la capitale.

Je peux confirmer que nous travaillons intensivement, en coordination avec nos partenaires locaux et internationaux, pour nous assurer de la véracité des informations que nous avons reçues

A rassuré, Sirpa Franzen, la porte-parole des services de sécurité suédois.

Elle n’a cependant pas précisé la nature de cette alerte, ni s’il s’agissait d’une menace terroriste avérée.

Nous recevons assez souvent des informations de ce type, qui sont parfois correctes et parfois erronées.

Après avoir mené une politique d’accueil des réfugiés sans restriction, la Suède a durci ses conditions et a même restreint considérablement les entrées des migrants sur son sol en annonçant fin 2015 la fermeture de sa frontière avec le Danemark.

Dès lors, le pays nordique a imposé aux compagnies de trains et d’autocars qui empruntent le pont tunnel de l’Øresund (qui relie la Suède et le Danemark) d’effectuer des contrôles d’identité avant l’embarquement du côté danois. Si ces formalités ne sont pas scrupuleusement respectées, l’Etat suédois se réserve le droit d’appliquer une amende de 50 000 couronnes suédoises par voyageurs, l’équivalent de 5 400 euros.

De plus, des agents de sécurité privés inspectent et photographies les papiers d’identité des voyageurs avant de les autoriser à poursuivre (ou pas) leur voyage vers la Suède.

A ce jour, le niveau d’alerte est resté inchangé (niveau de 3 sur 5).

Sirpa Franzen a appelé les suédois à :

Continuer de vivre normalement.

Publié le mercredi 27 avril 2016 à 9:37, modifications mercredi 27 avril 2016 à 9:39

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !