Société

« Vis ma vie » : Quand l’administration et le personnel échangent de rôle le temps d’une journée

Dans la polyclinique de Limoges, une centaine d’employés ont participé à « Vis ma vie ». Un changement de rôle et de fonction qui dure l’espace de quelques heures.

Les clichés sont nombreux dans le monde professionnel. Une hiérarchie grassement payée à ne rien faire, des salariés incapables de prendre la moindre initiative. Ces clichés touchent tous les secteurs d’activités, et la profession médicale n’en est pas exclue.

Cependant, la polyclinique de Limoges en Haute-Vienne a décidé de combattre ces préjugés. Comment ? En donnant à ses milliers d’employés, le temps de quelques heures, la possibilité de changer de poste. Cette possibilité de switcher de fonctions n’a pas de limite. Un employé peut prendre la place d’un collègue dans l’établissement quel que soit sa place hiérarchique. Lorsque cette opération a été lancée en 2017, ils étaient 70 salariés à l’avoir essayée. Cette année, ils sont 130 employés à franchir le pas.

On voit alors une directrice de clinique faire le ménage dans les chambres des patients. Une assistante de direction qui vend du café et des croissants.

Une meilleure vue d’ensemble sur le fonctionnement de l’établissement

Béatrice Schmitt, la direction des ressources humaines, note que « les services les plus demandés sont la maternité, les blocs opératoires et les urgences. »

Elle explique que l’administration et le personnel sont tous en contact, soit direct, soit indirect, avec le patient. Toutefois, cette expérience permet de mieux appréhender le fonctionnement interne de l’entreprise.

Pour cette DRH, elle a aidé les brancardiers le temps d’une matinée. Elle en a tiré comme leçon qu’entre la fiche de poste et la réalité du travail, il y avait un décalage. Elle rapporte qu’en fin de journée, elle avait les jambes en compote.

« Vis ma vie » a mis à bas les clichés

Pour d’autres membres de l’administration, cette expérience leur a fait changer d’avis sur certaines fonctions. L’assistante de direction, Marielle Cassagne, avait travaillé derrière un comptoir et servait des cafés. Elle raconte qu’en temps habituel, elle s’arrêtait devant la boutique pour prendre un café et discuter avec les collègues. Cependant, elle a reconnu qu’elle n’imaginait pas que le personnel de la cafétéria avait autant de travail. Elle relate qu’elle est habituellement assise dans son travail. Alors que pour ce poste, il faut constamment être debout et dynamique.

Néanmoins, les membres de l’administration n’étaient pas les seules à avoir revu leur jugement. Benoît Lambert, infirmier de nuit, entra lui aussi dans la peau de la directrice des soins. Il s’étonna du nombre d’informations que celle-ci recevait en un très court laps de temps. Mais, surtout, il a été étonné de voir comment cette responsable parvenait à gérer toutes ces données.

La polyclinique compte relever d’autres défis

La directrice de la polyclinique a aussi participé au concept « Vis ma vie ». Balai en mains, Cécile Blanc a fait le ménage dans les chambres et a distribué le repas des patients. Elle déclare que cette expérience lui a servi à « comprendre le quotidien des salariés ». Christelle Manus, agent de service hospitalier, a joué la formatrice d’un jour aux côtés de la directrice.

Selon Béatrice Schmitt, le prochain défi est d’associer les chirurgiens à l’expérience. Un challenge qui s’annonce difficile mais que la polyclinique de Limoges compte bien réussir.

Publié le mercredi 10 octobre 2018 à 10:03, modifications mercredi 10 octobre 2018 à 9:43

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !