Société

Violences conjugales : selon un nouveau rapport , 109 femmes ont été tuées en 2017

Depuis 2015, les violences faites aux femmes ne baissent pas. En 2017, 109 femmes ont perdu la vie sous les coups de leur compagnon ou ex-compagnon selon un rapport de l’Observatoire de la délinquance.

Ce jeudi 14 mars, l’Observatoire National de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) a dévoilé un rapport édifiant sur les violences conjugales en 2017.

25 enfants tués dans le cadre de violences

Le ministre de l’intérieur et la secrétaire d’Etat chargé de l’égalité entre les hommes et les femmes ont déclaré :

Ainsi une femme meurt tous les trois jours du fait de la violence de son conjoint ou ex-conjoint

Ils comptent aussi 16 hommes décédés dans ces conditions, 13 de moins que l’année précédente.

Par ailleurs, onze enfants sont morts en même temps que l’un de leur parents et 14 autres ont été tués dans le cadre de violences familiales sans que l’un de leur parent ne soit tué.

En incluant les suicides et les homicides de victimes collatérales, le nombre total de décès résultant de ces violences s’élève à 247 personnes.

Conclut les deux ministres.

L’étude donne également d’autres éléments sur ces féminicides.

Les morts violentes au sein du couple sont quasi-exclusivement des homicides volontaires (98%). Cependant, la plupart des faits ne sont pas prémédités et constituent des meurtres (79%).

Est-il notamment précisé.

Le rapport estime que les victimes sont mieux accompagnées qu’auparavant.

De nombreux parquets ont donné aux services d’enquête la consigne de diligenter systématiquement une enquête dès lors qu’ils ont connaissance de violence au sein du couple

Au micro d’Europe 1, Christophe Soullez, patron de l’Observatoire de la délinquance explique :

On a généralement affaire à des actes perpétrés sous le coup d’une dispute violente, d’une annonce qui provoque un choc comme celui d’une séparation.

Quand on constate un homicide, c’est qu’à un moment donné, il y a une intention de donner la mort contrairement à des violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Dans la majorité des cas, le conjoint ou ex-conjoint n’est pas sous l’emprise de l’alcool.

Depuis 2019, 30 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint. La dernière en date est Julie Douib, morte début Mars en Corse.

 

Publié le jeudi 14 mars 2019 à 12:41, modifications jeudi 14 mars 2019 à 12:41

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct