Société

Violences conjugales : Le nombre de victimes augmente…

C’est une bien triste nouvelle : en 2016, près de 150 Français sont décédés sous les coups de leur compagnon. Les violences conjugales sont en augmentation, malgré les campagnes de communication qui visent à aider les victimes… Faisons un point sur ce bilan malheureux.

Des chiffres rendus publics

Ce vendredi, le Ministère de l’Intérieur a rendu public les chiffres des violences conjugales en France. C’est encore une fois une triste réalité : cette année, 157 personnes sont mortes après avoir été violemment frappées par leur conjoint, petit ami, amant ou ex… On parle ici de 123 femmes et de 34 hommes. En 2014, on comptait 122 femmes et 22 hommes.

Lorsqu’on parle des couples considérés comme « officiels », c’est-à-dire des couples mariés, vivant en concubinage ou encore pacsés, on dénombre alors 138 décès, soit 109 femmes et 28 hommes. Ce sont les chiffres qui ressortent de l’étude

Les chiffres comparables pour 2015 faisaient état de 144 victimes:  122 femmes et 22 hommes. Ces chiffres dépendent de l’étude des Directions générales de la police et de la gendarmerie, et de la Délégation aux Victimes. A ces chiffres, il faut malheureusement ajouter 14 homicides sur femmes et cinq sur hommes, au sein de couples « non officiels ». Nous parlons ici amant, maîtresse, ou relation épisodique.

Des enfants qui meurent sous les coups

L’étude parle également des enfants. Sur les 25 enfants morts sous les coups de leurs parents cette année, neuf ont été tués en même temps que leur mère, par leur père. Les autres ont été tués lors de violences conjugales, mais les deux parents s’en sont sortis.

Des drames inscrits dans un contexte de violence préexistant

Gérard Collomb, Ministre de l’Intérieur, et Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat chargée de l’égalité femmeshommes, ont fait paraître un communiqué après la parution de ces chiffres, pour rappeler :

Ces drames s’inscrivent trop souvent dans un contexte de violences préexistant qu’il est nécessaire de repérer (…). Il est également essentiel de protéger les enfants pour qu’ils ne soient pas témoins et ne reproduisent pas plus tard ce qu’ils ont vécu.

Il faut en effet savoir que 37% des auteurs d’homicide étaient déjà connus des service de police ou de gendarmerie. Et oui, il y a donc tout un contexte derrière la violence conjugale en France. C’est pour cette raison que la prévention, la sensibilisation et la protection des victimes est une priorité. En effet, le renforcement du dispositif Téléphone Grave danger déployé par le Ministère de la Justice a fait ses preuves et sauvé des vies. Et les Ministres ont affirmé que ces dispositifs restaient bien évidemment des priorités absolues pour l’Etat.

C’est quand même bien triste de voir que la violence conjugale est une réalité dans notre pays…

Publié le lundi 4 septembre 2017 à 9:03, modifications lundi 4 septembre 2017 à 7:54

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !