Société

Val d’Oise : Impossible de récupérer une maison squattée à cause d’un reçu de livraison de pizza

Trêve hivernale oblige, les expulsions sont devenues beaucoup plus compliquées comme le montre cet exemple dans le Val d’Oise.

Coincé. Voici la situation dans laquelle se trouve Youcef, le propriétaire d’une maison à Garges-lès-Gonesse. Sa maison est squattée depuis début décembre par un groupe de Roms. Mais, l’expulsion rapide est désormais impossible à cause d’un reçu de livraison de pizza. Il devra désormais attendre la fin de la trêve hivernale, le 1er mars prochain.

48 heures après l’entrée dans le logement maximum

Début décembre, Youcef reçoit un appel de la police. Ils lui demandent s’il a autorisé un groupe de personnes à entrer dans son logement inoccupé depuis plusieurs années. 16 Roms se sont emparés du lieu selon nos confrères du Parisien.

Bien sûr, il tente d’aller négocier avec les habitants du lieu. Mais, ceux-ci connaissent leurs droits. “Ils m’ont montré un reçu de livraison de pizza du 28 novembre” explique-t-il. Soit deux jours, après le dépôt de plainte. Une preuve qu’ils occupent le logement depuis suffisamment longtemps maintenant. Le délai de 48h pour une expulsion rapide est écoulé. Le propriétaire s’est donc tourné vers la justice pour demander une expulsion classique. Il lui faudra au moins attendre jusqu’à la fin de la trêve hivernale, le 1er mars prochain pour récupérer son logement.  Il affirme avoir déjà perdu au moins 1.500 € dans l’histoire.

Problèmes de voisinage

Pour ne rien arranger, il a reçu le 28 décembre dernier un courrier d’une adjointe du maire de sa commune. Un courrier qui fait état de plaintes concernant les nouveaux occupants du logement ! Les voisins font état de nombreuses allées et venues, et des meubles auraient disparus. Dans le quartier, on craint désormais que d’autres logements soient squattés.

Publié le mercredi 31 janvier 2018 à 8:56, modifications mercredi 31 janvier 2018 à 8:55

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct