Société

Un skieur disparu en Italie en 1954 identifié 64 ans plus tard

un-skieur-disparu-en-italie-en-1954-identifie-64-ans-plus-tard

Un skieur français, disparu en montagne en 1954 à 3100 mètres d’altitude vient d’être identifié par les autorités italiennes. Retour sur un découverte inopinée due à la persévérance des enquêteurs et à la mobilisation des internautes.

Les réseaux sociaux et le hasard font bien les choses. Un homme disparu dans les années 1950 a été retrouvé puis identifié 64 ans plus tard par la police scientifique et sa famille, à partir de photos de son équipement de ski et de ses accessoires. L’affaire est d’autant plus improbable que les restes du skieur ont été découverts en juillet 2005, dans le Val d’Aoste, au nord-ouest de l’Italie, sans que la police locale ne parvienne à mettre un nom sur l’individu.

Un homme seul, aisé et d’une trentaine d’années

Mais les expertises ont néanmoins permis de dresser un premier portrait de l’homme d’une trentaine d’années, qui s’avérera décisif pour la suite de l’enquête. Dans un appel lancé aux internautes sur les réseaux sociaux le 29 juin dernier, la police a fait part de ses conclusions quant au statut social du vacancier. Ce dernier serait relativement aisé, compte-tenu de la marque de skis en bois (Rossignol) qui comportait un numéro de série, comme l’a confirmé Marinella Laporta, chef de la police scientifique de Turin.

Les analyses ont également permis de conclure que le trentenaire mesurait 1m75, après comparaison avec la taille de ses skis et celle de ses os, et qu’il serait décédé au printemps car le blouson de ski qu’il portait était visiblement léger. Quelques clichés joints par les enquêteurs exposaient une paire de lunettes, une montre Omega arrêtée aux alentours de 17h20 et des morceaux de chemise avec des initiales brodées « MM ».

Henri Le Masne, disparu le 26 mars 1954 dans le Cervin

Les recherches n’ayant rien donné sur le sol italien, les enquêteurs ont donc supposé qu’il pouvait être français. La publication et la diffusion des informations sur les réseaux sociaux ont permis à Emma Nassem (Le Masne), une jeune femme française, d’envisager qu’il puisse s’agir de son oncle, Henri Le Masne. Ce dernier, né en 1919 avait en effet disparu « Dans le Cervin » (vallée d’Aoste) en 1954, « Un jour de grosse tempête », rappelle le communiqué.

Bien vite, Roger Le Masne, le petit-frère d’Henri Le Masne s’est manifesté. Dans un e-mail, il décrit son frère comme : « […] Célibataire, […] un personnage plutôt indépendant. Il travaillait dans l’administration civile du ministère des Finances à Paris. ». Le frère du disparu, âgé de 94 ans, a fait part des circonstances qui entourent le décès d’Henri Le Masne. Ce dernier avait réservé une chambre dans un hôtel de montagne où il a laissé quelques effets personnels et quelques 35 000 lires et 5000 francs français. Selon son frère Roger, il ne serait jamais rentré d’une sortie à ski le 26 mars 1954, soit au printemps.

Le modèle de lunettes et l’ADN concordants

Après avoir envoyé une photographie d’Henri Le Masne à la police, la concordance entre les faits, les lunettes retrouvées (aux verres pour myopes) et le cliché était quasi-évidente : ” On m’a demandé des photos […] J’ai pu envoyer une photo où il avait ses lunettes et la police a reconnu les lunettes qu’ils avaient retrouvées.” a confié l’homme à Thibault Cavaillès, journaliste pour France Inter.

Suite à un test salivaire, la correspondance entre les deux ADN a pu être confirmée, notamment par la présence d’un chromosome Y commun à plusieurs membres masculins de la famille sur des générations. L’identification d’Henri Joseph Leonce Le Masne a donc été officialisée le 24 juillet 2018.

Nous allons pouvoir organiser des funérailles familiales catholiques, comme on le fait toujours dans notre famille, une chose qu’on ne pouvait pas faire tant que le corps n’était pas retrouvé. Mon frère reposera avec notre père et mon épouse dans la tombe de famille.

A déclaré Roger Le Masne, qui se dit heureux de cette nouvelle et prêt à attendre le rapatriement du corps de son frère, car 64 ans après, il n’est « Plus à deux mois près ».

Publié le lundi 30 juillet 2018 à 17:30, modifications lundi 30 juillet 2018 à 12:21

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !