Société

Théorie de l’effondrement: Edouard Philippe se dit “obsédé” par la question

Pour la première fois, le premier ministre Edouard Philippe évoque la question de l’effondrement de notre société. Un effondrement qui mènerait à l’extinction humaine selon la théorie rapportée par Jared Diamond et son oeuvre Effondrement: Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie.

Le 2 juillet 2018, à l’occasion d’un Facebook Live en compagnie de Nicolas Hulot, le premier ministre Edouard Philippe s’est exprimé sur la théorie de l’effondrement, fondé sur le livre de Jared Diamond. Un questionnement inédit au sein du gouvernement français.

Une société condamnée?

En s’appuyant sur l’œuvre de Jared Diamond, Edouard Philippe a fait part de son inquiétude quant aux questions de l’accès aux ressources, d’environnement et de “vivre-ensemble” des sociétés. Le premier ministre alarme sur le caractère “prégnant” de ces questions, et se dit “obsédé” par ce qui en découle:

Si on ne prend pas les bonnes décisions, c’est une société entière qui s’effondre littéralement, qui disparaît. Je trouve que cette question-là est une question assez obsédante. Moi, elle me taraude beaucoup plus que certains ne peuvent le penser. Comment est-ce qu’on fait pour qu’une société humaine n’arrive pas au point où elle serait condamnée à s’effondrer ? C’est une question compliquée.

La théorie de l’effondrement propose une théorie relatives aux risques de déclin imminent apportés par la décadence humaine. Celle-ci inclue l’extinction de nombreuses espèces, y compris l’espèce humaine, le tout dans un enchaînement de catastrophes planétaires directement liées au mode de fonctionnement de notre planète. En essayant d’avertir les populations, Jared Diamond tend à démontrer que la quasi-totalité des sociétés humaines, au cours de l’histoire, on détruit leur environnement au point d’en périr. Un schéma constant pour l’auteur, que certains anthropologues comme Patricia A.McAmany et Norman Yoffee semblent pourtant réfuter, sans pour autant enlever à l’œuvre son “entreprise de sagesse collective”.

Cependant, dans cette réalité d’effondrement imminent, le premier ministre note que le renouveau peut l’être également. Des décisions doivent être prises, ce que Nicolas Hulot confirme en notant, malgré cette possibilité de changer les choses, la réalité d’un “point de non retour”.

La tableau périodiques des éléments en fonction de leur abondance.

Une “question difficile”

Comment éviter que notre société arrive au point où elle sera condamnée à s’effondrer? Il s’agira de prendre en compte, comme l’avance Nicolas Hulot, la limite des ressources dont nous disposons. Une prise de conscience qui semble partagée, à l’heure où le glyphosate n’a toujours pas été interdit en France et où le gouvernement vient de renouveler l’importation d’huile de palme. Avec ironie, Nicolas Hulot note également l’importance de ce live qui semblerait lui avoir appris les positions du premier ministre sur le sujet. Ce dernier se défend en avançant avoir évoqué ce sujet tout au cours de sa politique générale, accusant avec humour le ministre de l’écologie de ne pas avoir été attentif à ses discours.

Les positions radicales qui semblent s’imposer d’elles-mêmes seront-elles au cœur de la politique d’Edouard Philippe?

 

Publié le jeudi 5 juillet 2018 à 14:12, modifications jeudi 5 juillet 2018 à 12:39

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !