Société

Terrorisme : le bilan glaçant des attentats perpétrés en Europe entre 2000 et 2018

Maite Pagazaurtundua a dressé un bilan glaçant des personnes tuées dans des attentats entre 2000 et 2018 dans l’Union européenne. Selon les données recueillies par l’eurodéputée, 753 personnes ont été tuées.

Maite Pagazaurtundua, une députée du Parlement européen, a tenu à rendre hommage aux victimes d’attentats terroristes. Pour cela, l’élue espagnole qui a perdu un frère assassiné par l’organisation séparatiste basque ETA a dressé un triste bilan. Relayée par nos confrères du Parisien, l’étude établi une liste des personnes tuées dans des attentats entre 2000 et 2018 dans l’Union européenne.

1 868 morts au total

C’est donc grâce aux informations fournies par les gouvernements et des associations de victimes, que Maite Pagazaurtundua a dressé un bilan édifiant. En 18 ans, 753 personnes ont été tuées sur le sol de l’Union européenne.

Si les 18 dernières années ont été marquées par une succession d’attaques terroristes sur le sol européen, selon les données recueillies par l’eurodéputée, la France est le deuxième pays le plus touché après l’Espagne. Un bilan d’autant plus lourd si on prend en compte les 1 115 morts européens hors de l’UE. Un chiffre qui prend notamment en compte les pertes militaires en Afghanistan. Ce qui fait au total 1 868 morts.

Selon les données, 91 % des victimes sont dues au terrorisme djihadiste (responsable de 1 703 décès). Avec 111 décès, le terrorisme nationaliste arrive en seconde position. Le terrorisme d’extrême droit aura provoqué la mort de 14 personnes. Celui d’extrême gauche, 13. Animaliste, 1 personne. Enfin, les 26 derniers ne sont pas connus ou n’ont pas été revendiqués.

L’Espagne reste le pays qui a payé le plus lourd tribut avec 268 victimes. La France en comptabilise 263 morts. Le Royaume-Uni a aussi souffert d’actes de grande ampleur et compte 121 décès. Derrière, la Belgique (40) et l’Allemagne (29) complètement la triste marche du podium.

Ce mardi, des conclusions seront détaillées avec l’Association française des victimes du terrorisme (AFVT), de ce « livre blanc et noir du terrorisme ».

Toutes les données devraient bientôt être accessibles aux chercheurs et au grand public.

Les attaques contre notre pensée, notre mode de vie et notre liberté vont continuer.

Rappelle Maite Pagazaurtundua.

Publié le mardi 5 mars 2019 à 13:14, modifications mardi 5 mars 2019 à 12:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct