Société

Tariq Ramadan : atteint de sclérose en plaques, le théologien peut être soigné en prison selon les médecins

Les médecins ont rendu une expertise médicale sur le traitement du théologien Tariq Ramadan atteint d’une sclérose en plaques.

STORY - Episode 25/29

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Tariq Ramadan est incarcéré depuis février 2018 suite à des accusations de viol. Néanmoins, atteint d’une sclérose en plaques, son traitement n’est pas incompatible avec son séjour derrière les barreaux, selon les médecins.

La maladie n’a pas connu de poussée récente

Le théologien comptait là-dessus pour sortir de prison. Touché par une sclérose en plaques depuis 2006, il avait invoqué son état de santé pour demander sa libération. Or, selon nos confrères de 20 Minutes, le rapport déposé par les médecins mercredi 18 avril chez le juge d’instruction ne va pas dans le même sens.

En effet, pour les experts, il devra simplement continuer à bénéficier de l’accès aux soins. Tant la partie médicamenteuse que les séances de kinésithérapie. Le rapport confirme bien en revanche le diagnostic de sclérose en plaques. Mais “il n’y aurait pas eu de poussée de la maladie”. En revanche, les experts précisent aussi que “le stress peut majorer les symptômes”. 

Toutefois, aucun argument “ne permet de retenir le diagnostic de neuropathie périphérique des membres inférieurs” récemment avancé par Tariq Ramadan. Son état dépressif serait lui lié à la détention. Maux de tête et perturbation de la marche seraient quant à eux des troubles physiques dus à “sa situation actuelle”.

Publié le jeudi 19 avril 2018 à 11:38, modifications jeudi 19 avril 2018 à 10:20

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !