Société

Les soulards interpellés à Pau devront payer eux-mêmes leurs frais de transport

A Pau, les individus arrêtés en état d’ébriété sur la voie publique devront payer leurs frais de transports en plus de l’amende habituelle.

La ville de Pau a pris une décision controversée qui prendra effet le 1er mai 2018. En effet, une nouvelle mesure obligera les personnes retrouvées ivres sur la voie public à payer leurs frais de transports. Cette facture sera adressée sous la forme d’une amende supplémentaire.

Boire trop vous coûtera cher

C’est le conseil municipal de Pau qui a voté cette nouvelle mesure. Et l’addition sera pour le moins salée pour les contrevenants ! En effet, ces derniers devront désormais s’acquitter d’une amende de 120 euros lorsqu’ils seront emmenés au poste pour ivresse sur la voie publique.

Cette nouvelle amende se rajoutera à celle d’usage pour ce genre de délits, dont la somme peut atteindre 150 euros. Cette politique s’inscrit dans une volonté de réduction des coûts initiée pa la ville des Pyrénées-Atlantique. Elle se justifie par le fait que les interpellations génèrent “frais de transport représentant un coût important pour la collectivité, d’après le quotidien Sud Ouest.

En effet, chaque interpellation doit mobiliser une équipe de deux fonctionnaires de polices pendant 3 heures. Pour vérifier si l’état de la personne arrêtée nécessite une hospitalisation, le contrevenant est emmené à l’hôpital de Pau où il effectue un examen médical. Si l’état de santé n’est pas critique, il est ensuite conduit dans une cellule de dégrisement.

Publié le vendredi 30 mars 2018 à 20:27, modifications vendredi 30 mars 2018 à 17:16

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !