Société

Sécurité routière : 2018 signe un recul « historique » de la mortalité

Selon les estimations provisoires de l’ONISR 2018 a été l’année la moins meurtrière de l’histoire de la sécurité routière.

Le Premier ministre Edouard Philippe a fait l’annonce ce matin. 3 259 personnes ont perdu la vie sur les routes en France métropolitaine en 2018. Cela représente une baisse de 5,5% par rapport à 2017 et de 0,3% par rapport à 2013, qui était jusqu’alors la meilleure année de référence. Une baisse de la mortalité qui profite à tous les usagers : -6,7% pour les automobilistes, -4% pour les deux-roues motorisés, -3,5% pour les cyclistes, -1,9% pour les piétons et -5,9% pour les camionneurs.

Il « serait fou d’abaisser le niveau d’ambition »

Comme le rapporte l’ONISR (Observatoire interministériel de la sécurité routière), tous les indicateurs sont à la baisse en 2018 : les accidents corporels ont diminué de 4,8% (soit 2 813 accidents en moins) ; le nombre de personnes blessées a reculé de 24,8% (soit 6 868 personnes de moins).

Le Premier ministre en a profité pour défendre le passage à 80 km/h au 1er juillet. En effet, il explique que la baisse de la vitesse aurait entraîné des accidents moins violents. Par conséquent, 116 vies ont été épargnées sur les routes secondaires abaissées à 80 km/h. De plus, le nombre de blessés a diminué. Avec 6868 personnes hospitalisées, cela représente une baisse de 25% par rapport à 2017. Pour l’homme politique, ce chiffre aurait même pu être plus élevé sans les dégradations de radars automatiques de novembre et décembre derniers.

Si l’idée d’un assouplissement de la mesure serait en cours de discussion, le Premier ministre reste catégorique sur les raisons qui l’ont poussé à mettre en place la nouvelle limitation de vitesse. 

Quand nous avons pris cette décision avec le gouvernement, avec le président de la République, nous avons pris nos responsabilités. Nous avons pris une décision que nous savions impopulaire (…) mais qui ne nous paraît pas remettre en cause la façon dont nos concitoyens peuvent se déplacer et qui produit des résultats. Nous sommes fiers des résultats, de ces vies épargnées.

a-t-il encore déclaré.

Après ces résultats encourageants, il « serait fou d’abaisser le niveau d’ambition » explique Edouard Philippe, avant d’ajouter qu’il est « légitime de discuter du sujet dans le grand débat national ».

Publié le mardi 29 janvier 2019 à 14:55, modifications mardi 29 janvier 2019 à 14:53

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct