Société

Rödjan : la prison suédoise où les détenus traient les vaches

Dans cette prison centrée autour d’un projet agro-alimentaire bio, il y a 60 détenus. Une dizaine d’entre eux s’occupe des bovins. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le contact des animaux, en plus de leur travail manuel, leur fait un grand bien.

Rödjan est un nouvel exemple de l’innovation de la Suède en matière de politique carcérale. En effet, le pays scandinave possède un peu plus d’une demi-douzaine de “prisons à ciel ouvert”. Celle de Rödjan, à Mariestad, était l’une des premières à tester le concept dans les années 2000. Ainsi, en anticipation de leur sortie, les détenus expérimentent concrètement un métier.

L’idée est de les mettre en immersion en milieu professionnel, afin de préparer au mieux leur future réinsertion. Ici, il s’agit pour eux de travailler, cinq jours par semaine, au fonctionnement d’un projet agro-alimentaire bio. À côté du soin au bétail, les prisonniers ont d’autres choix. Si certains préfèrent arroser les plantes, d’autres tondent la pelouse, ou encore repeignent les barrières.

Rödjan : le bonheur est dans le pré

C’est du moins le cas pour Alfred, que Hélène Dauschy a rencontré pour l’AFP. L’homme, qui a la cinquantaine, se retrouve derrière “les barreaux” pour port d’arme, depuis un peu plus de 4 mois. Chaque jour ouvré, Alfred, qui dit travailler dès 6h, s’occupe de vingt vaches avec son partenaire de tâche Sofian. Dégaine virile bardée de tatouages, le locataire de Rödjan ne correspond pas à l’idée préconçue qu’on a de quelqu’un qui se laisserait attendrir par les bovins. Et pourtant…

Je les aime (…) Ce travail me donne quelque chose…

Confie-t-il, dans un murmure, à notre consoeur. Avant de détailler une partie de sa fonction.

Je nettoie [le pis] pour éviter les bactéries, ensuite je le désinfecte avant d’accrocher les trayons.

Ajoute ce père et grand-père, d’une voix qui semble avoir retrouvé une certaine flamme.

À Rödjan, les prisonniers se relancent mieux dans la vie

Avec ce système de peines alternatives à de la prison ferme, la Suède dépense le double du budget dédié à l’univers carcéral par la France. Toutefois, en compensation, le pays scandinave a des taux d’enfermement et de récidive parmi les plus bas d’Europe.

Ainsi, dans le pays, il n’y a que 0,5 détenu pour 1.000 habitants, soit deux fois moins qu’en France (1 pour 1.000 habitants). De même, leur taux de récidive (30%) est deux fois moins élevé qu’en Hexagone.

Cependant,  si cette expérience atypique l’apaise, Alfred ne se voit pas la continuer à l’extérieur. Il garde encore le souvenir de la vie âpre de ses grands-parents, qui furent agriculteurs.

Publié le lundi 13 août 2018 à 17:58, modifications lundi 13 août 2018 à 15:43

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !