Société

Des produits Lactalis auraient été remis par erreur en rayon

Une audition a été organisée par par la commission des affaires sociales du Sénat pour y voir plus clair dans cette histoire.

STORY - Episode 15/16

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Lactalis

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédent

Il y a quelques jours, c’est le PDG de Lactalis qui présentait ses excuses aux consommateurs. C’est désormais le tour des distributeurs alors que plusieurs failles semblent avoir existé dans cette affaire de lait infantile contaminé.

“Une mauvaise gestion des produits retournés”

Les chiffres ont dans cette affaire, il faut le dire une dimension très importante. En janvier 2017, Lactalis a battu le rappel de pas moins de 12 millions de ses produits après la découverte d’une contamination à la salmonelle. Problème, une fois les produits ramenés par les clients en magasin, certains ont ensuite été revendus. Ainsi, Stéphane Dufort, le directeur qualité du groupe Carrefour, parle de 9.000 produits remis en rayons. Il regrette ainsi une “mauvaise gestion des produits retournés. Malheureusement, un certain nombre de produits ont été remis par mégarde dans le circuit de distribution : c’est la principale cause de la défaillance identifiée”. Mais, selon lui, le tort serait à chercher du côté de Lactalis qui a fourni une information “morcelée”. Ainsi, seulement 15 messages auraient été envoyés aux distributeurs. Surtout, l’annonce de la fermeture de l’entreprise de Craon a été annoncée via la presse uniquement.

Du côté Galec, la distribution pour Carrefour, on parle de 195.000 produits ramenés par les clients mais 999 ventes malgré le rappel. Là encore de failles humaines sont pointées. Chez Auchan, si 42.000 produits ont été retirés, 52 ont été remis en vente.

Des explications de la grande distribution qui n’ont pas vraiment été du goût de Martial Bourquin, sénateur PS du Doubs. Il a ainsi déclaré qu’il était “profondément inacceptable que 30 grandes surfaces aient continué à vendre”. Toutefois, la responsabilité serait aussi à chercher du côté de l’Etat avec la suppression chaque année de poste à la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) l’institut de contrôle.

Publié le jeudi 15 février 2018 à 15:24, modifications jeudi 15 février 2018 à 14:54

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédent

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !