Société

La première femme transgenre capable d’allaiter son enfant

C’est une première mondiale, d’autant que la femme transgenre en question n’a subi aucune opération.

Après avoir suivi un traitement spécial pendant plusieurs années, une femme transgenre a pu allaiter pour la première fois son enfant.

Une avancée importante

C’est dans la revue scientifique Transgender Health qu’une équipe de médecin résume plusieurs mois de préparation pour arriver à ce résultat incroyable. Il ont en effet suivi une patiente transgenre née avec un sexe masculin sur plusieurs années en lui donnant un traitement hormonal spécial conçu pour provoquer une montée de lait. Et les médecins de conclure :

La patiente a pu allaiter en exclusivité pendant six semaines

avant d’ajouter

Ce cas montre que, dans certaines circonstances, une lactation modeste mais fonctionnelle peut concerner les femmes transgenres.

C’est une véritable première, d’autant que la patiente, âgée de 30 ans, n’a jamais subi d’opération des parties génitales ou des seins et prenait simplement des hormones depuis 6 ans. Elle explique avoir décidé d’essayer ce traitement pour allaiter à la place de sa compagne, qui était dans l’incapacité de le faire. D’après l’équipe de chercheurs, “Elle espérait pouvoir endosser le rôle nourricier principal de son nourrisson.

Un traitement révolutionnaire

Le traitement utilisé par cette patiente était constitué d’estradiol et de progestérone pendant les 3 mois et demi qui ont précédé la naissance de l’enfant, avec en renforcement une cure de dompéridone, médicament connu pour provoquer des montées de lait chez les femmes. Elle a également utilisé un tire-lait sur ses seins 3 fois par jour pour accélérer le processus.

Selon le Dr. Sandrine Brambilla, qui consulte en tant qu’endocrinologue à Paris, “Il faut vraiment qu’elle ait pris de grosses doses pour avoir des montées de lait.” Selon elle, il s’agit bien du premier cas répertorié, puisqu’elle n’a jamais entendu d’histoire similaire par le passé. La médecin a également ajouté que “pour l’enfant, il n’y a pas de risque, mais pour elle, prendre des hormones en si grosse quantité est loin d’être anodin.

Toutefois, les médecins en charge de l’étude ont préféré remplacer le lait du sein par du lait maternisé après une certaine période. En effet, la durée d’allaitement autorisée par le traitement était de 6 semaines seulement. Le bébé est aujourd’hui en bonne santé, mais il faudra établir d’autre recherches pour mieux comprendre ce phénomène et en contrôler les potentiels risques pour la santé du patient. 

 

Publié le samedi 17 février 2018 à 16:03, modifications samedi 17 février 2018 à 14:15

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !