Société

La poste : une factrice fait un AVC, ses chefs refusent qu’elle quitte son travail

Une jeune factrice reproche à sa hiérarchie de l’avoir obligée à travailler, alors qu’elle venait de subir un AVC. Une plainte a été déposée.

En février dernier, Emeline Broequevielle, employée en CDD à la Poste de Villeneuve-d’Ascq, a accusé son employeur de non-assistance à personne en danger alors qu’elle était victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC).

En effet, le matin du 19 février 2016, cette jeune factrice âgée de 25 ans avait contacté son responsable pour lui notifier qu’elle ne sentait pas bien et qu’elle ne pouvait pas se rendre au travail. Cependant, son patron lui avait mis la pression afin que celle-ci aille travailler.

Arrivée à 6h30 sur son lieu de travail, la jeune femme ne sentait pas mieux et trois heures plus tard, à 9h30, un de ses collègues, membre du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), s’alarmait de son état de santé et sommait les responsables d’appeler les secours.

La victime a finalement été prise en charge par une ambulance privée et a subi un IRM à l’hôpital qui a révélé son AVC, avant d’être placée en soins intensifs durant six jours.

Depuis, la factrice n’a pas réintégré son travail. Elle a déposé plainte en mars dernier pour non-assistance à personne en danger et constitue un dossier pour être reconnue travailleur handicapé.

De son côté, la direction de la Poste a confirmé l’accident de travail d’Emeline Broequevielle, mais conteste la version de la victime. Selon l’entreprise, toutes les mesures ont été prises en temps et en heure pour permettre la prise en charge de la salariée.

Publié le mercredi 7 septembre 2016 à 13:53, modifications mercredi 7 septembre 2016 à 13:30

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !