Société

Philippines : Vers une légalisation du mariage homosexuel ?

Rien n'est moins sûr

Aux Philippins, la cour suprême commençait mardi 19 juin l’étude des arguments des défenseurs du “mariage pour tous”. Le projet est porté par Jesus Falcis III, avocat philippin ouvertement gay.

La cour suprême de l’Archipel examine le plaidoyer des personnes en faveur de la légalisation du mariage gay aux Philippines. Jesus Falcis III est le fer de lance du groupe d’avocats portant ce projet. Intégré au Barreau de Manille en 2015, il a fait du “mariage pour tous” sa toute première affaire.

Cependant, trois années ont été nécessaires pour que le dossier parvienne aux hauts magistrats du Pays. Une lenteur loin d’être surprenante : dans les faits, la République n’a toujours pas effectué sa sortie de religion.

Ainsi, l’église catholique, forte de 80% de pratiquants sur l’ensemble des îles, est particulièrement influente. À titre d’exemple, les Philippines sont, avec le Vatican, l’un des deux états à toujours interdire le divorce.

Jesus Falcis III, Darwin Angeles et une collaboratrice lors de leur oral à la Cour suprême des Philippines / Crédits © LeAnne Jazul/Rappler

 

Le Président est pour le mariage gay aux Philippines

Rodrigo Duterte, le chef de l’État, s’est déjà dit favorable à l’ouverture de ce droit à ses compatriotes LGBT. En 2017 à Davao, celui qui fut maire de cette grande ville du Sud fait une allocution devant ses anciens administrés. Ainsi, le Président affirme son soutien au mariage gay aux Philippines, nous rapportait l’agence allemande Reuters.

J’ai dit que j’étais favorable au mariage (entre personnes du même sexe) dans la mesure où cela s’inscrit dans une tendance observée dans les temps modernes.

Disait-il à l’époque.

Avant d’invoquer le droit à l’épanouissement marital comme argument supplémentaire :

Si cela ajoute à votre bonheur, je suis pour.

Concluait-il.

Mais son soutien ne suffira peut-être pas

Bien que reconnaissants de cette déclaration publique, les activistes LGBT philippins n’en demeuraient pas moins prudents.

Comme l’illustrait à ce moment-là Europe 1, Naomi Fontanos, de Ganda Filipinas -un groupe de défense des personnes transgenres– saluait le discours de Rodrigo Duterte, tout en souhaitant qu’il ne s’agisse pas “simplement d’un exercice pour amuser la galerie”.

La directrice d’association avait des raisons de se méfier. Malgré sa vision progressiste et un congrès lui étant acquis, l’homme fort des Philippines n’avait rien fait jusque là.

En effet, un an auparavant, un de ses proches tentait déjà d’instaurer le mariage gay aux Philippines. Sans succès : le projet fut avorté, en plus d’être vertement critiqué par les forces ecclésiastiques.

Aujourd’hui, la doléance des militants pour l’égalité des droits se manifeste à travers deux couples homosexuels. Ceux-ci on interpellé la plus haute juridiction des Philippines après qu’on a refusé aux partenaires la possibilité de s’unir. Les requérants demandent donc l’annulation de cette loi discriminante datant de 1987.

Publié le jeudi 21 juin 2018 à 17:29, modifications jeudi 21 juin 2018 à 16:23

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !