Société

Une pétition pour savoir qui a tué un chien à coups de pieds dans le Var

Noé, un petit Jack Russel a été tué par des promeneurs cruels dans le Var dimanche matin. Les internautes veulent trouver les coupables.

C’est une violence aveugle. La bêtise humaine dans toute sa laideur. Un chiot est mort après avoir reçu des coups de pieds, à la Seyne-sur-Mer dans le Var. Une pétition a été mise en ligne pour retrouver les coupables.

Les hurlements stridents de Noé

C’est une pétition qui fait du bruit. Lancée lundi, elle a déjà recueilli plus de 15.000 signatures au moment où nous écrivons ces lignes. L’histoire de Noé, un Jack Russel de moins de 7 mois, attaqué de façon sauvage par des êtres humains ne laisse personne indifférent tant elle dérange par sa violence gratuite.

La scène se déroule dimanche en fin de matinée. Noé, réussit à s’échapper de la maison de ses propriétaires. Les sangliers qui passent régulièrement dans la zone auraient fait un trou dans le grillage. Il suit un groupe de quatre personnes accompagné par deux bouledogues dans la forêt de Janas. Les deux couples n’apprécient pas la présence du chien. Une personne les entend “se plaindre que le chiot gênait leur promenade parce qu’il suivait leurs chiens de près”. Quelques instants plus tard, les hurlements de Noé résonnent. Le chien est découvert “dans un fossé inerte, mais vivant. Du sang coulait de sa bouche” précisent nos confrères de Nice-Matin.

Son corps trop meurtri pour une autopsie

La promeneuse qui l’a trouvé contacte ses propriétaires grâce au numéro présent dans son collier. Ce sont eux qui l’emmènent en urgence chez le vétérinaire. Mais, il est déjà trop tard. Noé est mort. Victime d’une hémorragie internet et d’un décollement de la plèvre.

Aucune autopsie n’a été possible compte tenu de l’état de son petit corps meurtri

expliquent ses propriétaires.

Dès le lendemain matin, une plainte est déposée au commissariat pour “sévices graves ou actes de cruauté envers un animal domestique apprivoisé ou captif”.  Les forces de l’ordre ont lancé un appel à témoin pour retrouver les couples sur qui se concentre l’enquête. Voici la description communiquée :

Deux couples, respectivement de 30 et 50 ans, accompagnés de deux chiens de type bouledogues. Les deux hommes seraient de forte corpulence. La plus jeune des deux femmes avait environ 30 ans, et des cheveux mi-longs noir bouclés

La pétition vise quant à elle à faire réagir le maire de la commune. Elle appelle à ce que  “nos villes et villages ne soient plus des scènes de crimes classés sans suite”. Reste désormais à voir quelles seront les conséquences locales de cette mobilisation.

Publié le vendredi 9 mars 2018 à 16:06, modifications vendredi 9 mars 2018 à 12:21

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !