Société

Paris : Début de la construction du mur anti-attentats de la tour Eiffel

Le chantier du mur anti-attentats autour de la tour Eiffel a démarré ce lundi, à Paris.

Annoncés depuis plusieurs mois, les travaux de sécurisation de la tour Eiffel ont débuté ce lundi 18 septembre.

Ainsi, avec ses 7 millions de visiteurs par an, le symbole incontournable de la capitale doit être d’ici cinq ans sécurisé avec des murs de verre et en métal anti-balles. En raison d’un « niveau de menaces particulièrement élevé », la Ville de Paris et la Préfecture de Police avaient présenté un projet de sécurisation du site parisien.

La probabilité d’une attaque similaire par son ampleur aux derniers attentats commis en France s’avère particulièrement importante. C’est pourquoi il a été décidé de lancer une opération de renforcement de la sécurité du parvis de la tour Eiffel

Un décret voté à l’unanimité par les élus lors du Conseil de Paris qui s’est tenu en mai dernier.

Des travaux jusqu’en mai 2018

Selon le projet présenté lors de la délibération du Conseil de Paris, une palissade va être installée le long du parvis de la tour Eiffel et autour des jardins latéraux. En outre, des parois en verre pare-balle seront érigées sur les deux côtés du monument, l’un le long du quai Branly et l’autre le long de l’avenue Gustave Eiffel.

Nous allons remplacer les grilles métalliques sur les axes nord et sud par des panneaux de verre. Ce qui permettra aux Parisiens et aux visiteurs de retrouver une vue très agréable sur le monument depuis le Champ-de-Mars et le pont d’Iéna.

Avait à l’époque détaillé Jean-François Martins, l’adjoint à la Maire de Paris en charge du Tourisme.

Ce projet de sécurisation vise à renforcer le dispositif existant. En effet, à l’occasion de l’Euro de football en 2016, des barrières en métal avaient été installées aux abords du site. Jugées « disgracieuses », il était prévu de les faire disparaître au profit d’un dispositif de sécurité pérenne et plus esthétique. Selon Le Parisien, cette clôture anti-balles, construite « en verre blanc », devrait s’élever à 3 mètres du sol. Ces travaux devraient s’achever en mai 2018 pour un coût total de 30 millions d’euros.

Les visites des touristes assurées

En attendant la fin du chantier, les visiteurs pourront toujours se rendre sur le parvis après être passés par les portiques de sécurité. Les travaux « ne vont gêner en aucune manière l’arrivée des visiteurs », a assuré Jean-François Martins.

Ils pourront toujours se rendre gratuitement sur le parvis après le passage aux contrôles.

Une fois ce vaste chantier achevé, les entrées et sorties se feront « sur les allées cavalières. Par plusieurs points d’accès contrôlés ». De plus, des sas situés auprès des différents piliers permettront aux livreurs et aux personnels d’accéder au site. Cette entrée sera également utilisée par les véhicules de secours. Des « bornes anti-bélier » devraient être implantée afin de protéger les abords du site touristique. Enfin, une campagne de peinture sera ensuite lancée en 2018 pour deux ans. De même qu’une opération de réfection des ascenseurs jusqu’en 2022. Quoiqu’il en soit, ce vaste plan, doit être finalisé avant 2024 pour les Jeux olympiques attribués à Paris.

 

Publié le mardi 19 septembre 2017 à 9:43, modifications mardi 19 septembre 2017 à 9:43

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !