Société

Paris : Bientôt des « bulles » pour héberger les sans-abri

Pour faire face au manque de places en centres d’hébergement, la mairie de Paris souhaite installer une centaine de petites « bulles » destinés aux sans-abri.

L’adjointe à la maire de Paris en charge des solidarités a annoncé mardi 20 mars, la création d’une « centaine de petites bulles ». Par ailleurs, elle a promis un bain-douche réservé aux femmes et une bagagerie pour les sans-abri.

3.000 places manquantes

Il manque au moins 3.000 places d’hébergement.

A estimé au cours d’une conférence de presse Dominique Versini, l’adjointe en charge des solidarités et de la lutte contre l’exclusion.

Ainsi, pour faire face au manque de places dans les centres d’hébergement la mairie de Paris entend mettre en place ces « petites bulles », dont les dimensions n’ont pas été précisées. Elle souhaite également mettre à la disposition des femmes sans-abri un « bain-douche » qui leur sera totalement dédié. Ensuite, elle veut créer une bagagerie par arrondissement pour que les SDF puissent y déposer leurs affaires. Enfin, elle envisage la création de « deux nouveaux restaurants solidaires ». Par ailleurs, l’adjointe en charge des solidarités a précisé « qu’au moins la moitié » des 3.000 places manquantes allaient être créées. Sans toutefois préciser le calendrier.

3.000 sans-abri dans Paris

La Nuit de la solidarité a été organisée à Paris, mi février. En effet, dans la nuit du 15 au 16 février 2018, près de 1.800 bénévoles ont arpenté chaque quartier, chaque rue de la capitale. Ils avaient en main des questionnaires anonymes à compléter. Ainsi, à cette occasion, près de 3.000 personnes vivant dans la rue ont été recensées. Dans les détails, sur les 2.952 personnes décomptées dans la rue à Paris, les deux tiers ont entre 25 et 54 ans. Et 88% sont des hommes. Toutefois, pour la mairie de Paris il s’agit d’un chiffre « probablement très en dessous de la réalité ».

En outre, les services de la ville ont aussi constaté que beaucoup sont arrivés à la rue de manière rapide (perte d’emploi, divorce). Et malheureusement, ce n’est pas qu’une aventure passagère. Car près de la moitié de ces sans-abri (46%) le sont depuis plus d’un an. Mais le chiffre le plus frappant, c’est celui qui montre l’isolement de cette population marginalisée. 65% des sans-abri parisiens n’ont jamais appelé le 115. Ce numéro du Samu social qui est pourtant la pierre angulaire du dispositif d’hébergement d’urgence.

Ainsi, face à cette situation « d’une urgence absolue », la maire de Paris, Anne Hidalgo, a estimé sur France Bleu qu’il fallait « inventer des outils nouveaux ».

Il y a aujourd’hui 16.000 places permanentes tous les jours, et il faut aller au-delà. Il nous en faut 18.000 pour répondre à l’urgence sociale.

Publié le mercredi 21 mars 2018 à 11:41, modifications mercredi 21 mars 2018 à 11:32

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct