Société

Orques et dauphins : vers la fin de leur captivité en France

L’arrêté surprise de Ségolène Royal

Un arrêté interdit la reproduction des orques et des dauphins détenus en bassins. L’objectif étant, à terme, de mettre fin à la captivité de ses animaux en France.

Voice un texte qui signe la fin des spectacles de dauphins et d’orques dans les parcs aquatiques français.

En effet, dans un arrêté publié samedi 6 mai au Journal Officiel, Ségolène Royal, la ministre de l’Environnement interdit la reproduction de ces animaux en captivité.

Par conséquent, plus aucun de ces cétacés ne pourra être gardé dans un parc après la mort de l’actuelle génération d’animaux.

Une mesure pour la protection animale

La reproduction des orques et des dauphins actuellement détenus en France est désormais interdite. Ainsi, seuls les orques et les dauphins actuellement régulièrement détenus peuvent continuer à l’être, sans ouvrir à de nouvelles naissances.

Une formulation qui implique que les parcs ne pourront également pas acquérir de nouveaux spécimens pour ces deux espèces.

Comme le rappelle Le Monde, la France compte actuellement une trentaine de dauphins détenus dans des Delphinarium. Dans le Moorea Dolphin Center, en Polynésie française. A Planète sauvage, en Loire-Atlantique. Dans le Parc Astérix, dans l’Oise. Et au Marineland d’Antibes (Alpes-Maritimes), qui abrite également quatre orques en captivité.

En outre, cette mesure met également à jour les règles sur les conditions de vie de ces animaux. Un règlement qui n’avaient pas changé depuis 1981.

Ainsi, les parcs ont trois ans pour agrandir leurs bassins, dont la surface minimum réglementaire augmente de 150%.

Dans un délai de six mois, le chlore ne pourra plus être utilisé dans l’eau et le contact direct entre le public et les animaux est désormais interdit. Il ne sera donc plus possible de nager avec les dauphins. Une activité pourtant lucrative pour les parcs marins.

Un arrêté surprise et mise à mal des parcs aquatiques

Cette disposition, ajoutée en dernière minute, est une surprise générale.

Alors que les associations de protection animale et les delphinariums n’ont pas été prévenus de cette nouvelle disposition, elle s’annonce pourtant comme une victoire en faveur de la protection animale.

Sur Twitter, Ségolène Royal a parlé d’une « lutte contre la maltraitance animale.

L’association One Voice, qui défend une éthique animale, s’est également réjouie d’une « immense victoire ».

Ségolène Royal n’a pas été constante quant à la protection animale. Mais sur ce cas précis, elle a fait preuve de courage et a contribué à améliorer les conditions de vie des animaux.

A déclaré Christophe Marie, le porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot.

En revanche, du côté des professionnels qui détiennent des dauphins en bassins, l’incompréhension est entière.

On avait obtenu un arrêté de très haut niveau avec des avancées. Mais l’interdiction de la reproduction va à l’encontre du bien-être animal car ces animaux sont faits pour se reproduire. Et vous imaginez dans quel état se trouve le personnel qui travaille avec eux ?,

A réagi Rodolphe Delord, président de association française des parcs zoologiques, dans les colonnes du Monde.

Et d’avertir que les parcs seront sans doute réticents à faire plus que « le strict minimum sur l’amélioration de leurs bassins ».

On ne peut pas leur demander à la fois de faire des travaux, des investissements importants, et à la fois d’arrêter leur activité

Publié le dimanche 7 mai 2017 à 10:07, modifications dimanche 7 mai 2017 à 10:07

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !