Société

Nantes : Nuit de violences urbaines dans le quartier du Breil après la mort d’un jeune homme tué par un policier

Des violences ont éclaté mardi soir dans le quartier du Breil de Nantes, après la mort d’un jeune homme tué lors d’un contrôle de police.

Un contrôle de routine policier a tourné au drame mardi 3 juillet à Nantes. En effet, un jeune de 22 ans est décédé après avoir été atteint par une balle tirée par un fonctionnaire de police. Après cela, des émeutes ont éclatés dans le quartier du Breil à Nantes.

Retour sur l’origine des violences

Selon la Direction départementale de la Sécurité publique (DDSP), tout est parti d’un « contrôle diligenté par un équipage de CRS suite à des infractions commises par un véhicule », mardi soir, vers 20h30, rue des Plantes, dans le quartier du Breil, à Nantes. Or, l’identité de l’automobiliste n’étant « pas claire », les CRS ont reçu pour « ordre de ramener le conducteur » au commissariat. Le jeune homme, habitant la région parisienne mais ayant de la famille à Nantes, aurait refusé d’obtempérer. Il aurait fait marche arrière et heurté un CRS. Sa voiture a fini sa course dans un muret.

C’est là qu’un fonctionnaire de police aurait tiré.

Un de ses collègues a fait feu et a touché le jeune homme qui est malheureusement décédé.

A indiqué la DDSP. Selon des sources policières, le jeune aurait été touché à la carotide et serait décédé à son arrivée à l’hôpital.

Violences entre policiers et jeunes armés

Après le tir du policier, les jeunes du quartier ont violemment réagi. Ils sont sortis en nombre et encagoulés. Moins d’une heure après la mort du jeune de 22 ans, le quartier du Breil s’est embrasé.

Des voitures, des poubelles et des abribus ont été incendiés. Environ 200 policiers ont été mobilisés pour quadriller le périmètre. Des jeunes ont lancé des projectiles et des cocktails Molotov en direction des forces de l’ordre.

Ces derniers ont répliqué pas des gaz lacrymogènes. Plus tard, la contagion s’est propagée à deux autres quartiers sensibles, Malakoff et Les Dervallières.

Plusieurs commerces ont été incendiés. Ainsi que la mairie annexe, la Maison de justice et du droit, le pôle médical et la bibliothèque situés dans le même bâtiment.

Le calme est finalement revenu tard dans la nuit, vers 3 heures du matin, alors que les pompiers étaient toujours en intervention pour éteindre les flammes.

Selon une source policière, les émeutes n’ont provoqué, pour l’instant, aucune interpellation. Concernant la mort du jeune homme, le SRPJ de Nantes et l’Inspection générale de la police nationale ont été saisies de l’enquête.

Ils devront préciser la commission des faits et déterminer dans quelles circonstances le policier a été amené à faire usage de son arme.

A déclaré le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès.

Déjà, les habitants du Breil évoquent une marche blanche qui pourrait se dérouler dans la journée en mémoire du jeune homme.

Publié le mercredi 4 juillet 2018 à 12:10, modifications mercredi 4 juillet 2018 à 12:10

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !