Société

#MosqueMeToo : récits abominables d’agressions sexuelles sur des musulmanes

Elles s'expriment entre autres sur la face obscure de leur pèlerinage à La Mecque et à Médine.

Dans une telle situation et dans ce contexte si particulier, on leur demande tout simplement de se taire.

Depuis peu, de plus en plus de femmes musulmanes brisent l’omerta sur Twitter sur ce qui entoure leur hadj en relatant des témoignages d’agressions sexuelles. De fait, de nombreuses femmes musulmanes ont subi au mieux du harcèlement, au pire des agressions sexuelles.

Le phénomène est-il marginal ou pas ?

Tout a débuté par un long témoignage publié le 2 février sur Facebook par une jeune Pakistanaise, Sabica Khan (témoignage aujourd’hui supprimé screenshot partiel ci dessous) puis par le hashtag #MosqueMeToo “#MosquéeMoiAussi” qui a été initié par la journaliste Mona Eltahawy.

Depuis, de nombreux témoignages de femmes musulmanes agressées sexuellement à la Mecque et dans d’autres lieux saints de l’Islam affluent.Venus des quatre coins du globe, “La Mecque” rassemble deux millions de pèlerins musulmans chaque année. C’est d’ailleurs durant son Hadj, qui est un acte éminent qui compte parmi les 5 principaux devoirs de la religion de l’Islam que la journaliste américano-égytienne Mona Eltahawy a subi une agression sexuelle.

Elle raconte dans un tweet. :

J’ai partagé mon expérience d’agression sexuelle pendant le hadj en 1982 alors que j’avais 15 ans dans l’espoir que cela aiderait les femmes musulmanes à briser le silence et le tabou qui entourent leur expérience de harcèlement ou d’agression sexuelle pendant le hadj ou dans des lieux sacrés.

Dans la démarche de son tweet, 6 000 autres tweets ont été publiés dans la foulée sur le réseau social.

Une de mes amies a subi des attouchements durant le hadj et quand elle a fait des histoires, ses camarades de hadj lui ont demandé de laisser tomber

certifie Farisa Nabila ou bien encore

Je n’ai jamais été autant harcelée que dans la ville sainte

poursuit la même jeune femme.

Pour nombre de ces femmes, ces milliers de témoignages sur Twitter ont fait remonter à la surface de terribles émotions, des pensées abominables. Angi Lagorio se souvient en 2010 de son pèlerinage et raconte elle aussi sur un tweet (aujourd’hui mis en privé).

Les gens pensent que La Mecque est l’endroit le plus sacré pour les musulmans, donc personne n’y ferait rien de mal. Mais c’est totalement faux !

Aujourd’hui, les langues se délient de cette hypocrisie, et c’est tant mieux. En réalité, tout ce qui est à espérer dans un futur proche de la part des autorités compétentes en charge de la sécurité des pèlerins et de lieux saints comme à La Mecque, c’est une vraie prise de conscience de ce problème qui ne date pas d’hier. Demain des actions engagées envers les coupables de tels actes odieux sur les femmes devront être faits. A bon entendeur.

Publié le lundi 12 février 2018 à 16:32, modifications mardi 13 février 2018 à 10:16

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !