Société

Marseille : les agents municipaux devront travailler 40 heures de plus par an

Pour respecter la durée légale du travail, les agents municipaux de Marseille devront travailler un peu plus…

“Travailler plus pour gagner plus”. L’adage popularisé par Nicolas Sarkozy ne semble pas avoir eu d’effets à Marseille. Après une perquisition, la direction générale des services a annoncé un gros changement. Les employés municipaux devront désormais travailler 40 heures de plus par an. C’est l’équivalent d’une semaine de congés.

Une enquête lancée depuis 2013

Pour les employés municipaux de la cité phocéenne, les choses sentaient le roussi depuis 2013. Un rapport de la Cour régionale des comptes pointe un grave dysfonctionnement. Les 12.000 agents municipaux titulaires ne travaillent que 1.567 heures par an. Petit problème, la durée légale du travail est fixé à 1607 heures. La différence coûte 10 millions d’euros par an ou l’équivalent de 280 temps plein selon le rapport dressé à l’époque.

Mais, pourquoi les choses n’ont-elles pas été réglées, cinq ans plus tard ? Sans doute à cause de la résistance menée par les employés municipaux comme l’illustre le commentaire de Jean-Claude Gondard, le directeur général des services.

Nous ne voulons pas de grève, mais il nous faut respecter la loi. Pour les agents, c’est bien simple: ou bien ils discutent avec nous, ou bien ils le feront devant la police judiciaire. Nous allons rétablir l’heure légale. Les 1.567 heures ont été revotées en décembre mais, cette fois, le contrôle de légalité conteste cette dérogation. Donc, d’ici deux mois, les agents devront travailler 40 heures de plus par an

Des problèmes de pointage

Surtout, si le règlement de cette affaire s”accélère, c’est à cause d’un deuxième problème plus important, révélé par le média indépendant MarsActu. Depuis janvier 2017, une enquête préliminaire est ouverte pour “Faux, usage de faux, recel et détournement de fonds publics” par le parquet de Marseille. Dans le viseur ? Le service du Samu Social où certains employés utilisaient un faux système de pointage. Une logique poussée à l’extrême puisque certains cas ne travaillaient que 10 à 12 jours par mois ! L’enquête a désormais été élargie à d’autres services municipaux. Le pointage se fait désormais lui avec des cartes électroniques.

 

Publié le vendredi 2 février 2018 à 14:06, modifications vendredi 2 février 2018 à 11:50

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !