Société

Lait infantile contaminé : Echanges tendus entre Emmanuel Besnier, le PDG de Lactalis qui parle « d’accident » et des députés excédés

Auditionné par la commission d’enquête parlementaire sur la gestion de l’affaire de lait infantile contaminé aux salmonelles, Emmanuel Besnier, le PDG de Lactalis, évoqué un « accident ».

STORY - Episode /17

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Lactalis

Naviger dans la "Story"

Episode suivant >>

Emmanuel Besnier, le PDG du groupe laitier Lactalis, a déclaré jeudi 7 juin que la contamination de lait infantile aux salmonelles dans son usine de Craon en Mayenne était « un accident ».

Pour mémoire, fin 2017, 36 nourrissons ont été atteints de salmonellose après avoir bu un lait infantile des marques Picot et Milumel. Des produits issus de l’usine de Craon. Les causes de la maladie de deux autres nourrissons sont encore recherchées. Certains ont développé des infections graves. Ainsi, Emmanuel Besnier a assuré que toutes les mesures étaient prises pour reprendre la production en toute sécurité.

C’est un accident. Il n’y a pas de responsabilité de personnes à l’intérieur de l’usine.

S’est-il défendu, à l’occasion d’une audition tendue devant les députés de la commission d’enquête parlementaire chargée de la gestion de l’affaire.

Nous avons fait des travaux au premier trimestre 2017 dans l’environnement de la tour numéro 1. Ces travaux ont libéré la salmonelle qui était à l’intérieur des bâtiments.

A-t-il expliqué.

Ambiance tendue

Or, les parlementaires, qui avaient beaucoup de questions à poser à Emmanuel Besnier, n’ont pas ménagé leur interlocuteur. Alternant entre colère et grandes leçons. En effet, plusieurs députés ont exprimé leur exaspération face au dirigeant de Lactalis durant son audition. Ils ont évoqué la tentative du groupe de vouloir empêcher les travaux de la commission et plus généralement du manque de transparence du géant laitier.

Allez-vous continuer avec vos conseils à essayer de torpiller cette commission ?

A lancé le président de la commission et député du Nord, Christian Hutin. Il a fermement rappelé au PDG :

Dans cette commission nul n’a intérêt à porter préjudice à ce groupe, nous souhaitons au contraire restaurer la confiance des consommateurs.

Quant à Richard Ramos, le député MoDem du Loiret, il s’est violemment emporté :

Je ne peux pas vous laisser nous faire croire que vous avez de la compassion pour les victimes alors que vous ne les avez pas reçues. N’importe quel chef d’entreprise aurait été voir les victimes.

A-t-il tancé, reprochant ses « belles phrases » d’excuses à Emmanuel Besnier.

Ce qui est insupportable également, ce sont ces notes faites par des juristes et des communicants, qui ne répondent quasiment pas aux questions directes du rapporteur et du président. Droit dans les yeux, dites-nous, pas froidement, mais en tant qu’humain, dites-nous les réponses.

A-t-il assené.

Le laboratoire d’analyse remis en cause

Face à ces attaques et tout en affirmant ne pas vouloir « se défausser », Emmanuel Besnier s’est interrogé sur « la responsabilité du laboratoire d’analyse qui n’a pas détecté de traces de salmonelle sur les produits finis ».

Alors qu’en refaisant des tests sur les échantillons après la crise, il s’avère que quelques produits étaient positifs.

Enfin, pressé de questions sur la sécurité de l’usine de la part des députés, le PDG de Lactalis a assuré que l’entreprise avait « revu l’ensemble des plans de maîtrise sanitaire », à Craon. Ainsi que dans les autres sites du groupe.

Nous avons pris la décision de fermer définitivement la tour numéro 1 à l’origine de l’incident.

A-t-il dit, ajoutant que le groupe allait désormais partager ses analyses entre au moins deux laboratoires, dont des laboratoires publics.

Publié le vendredi 8 juin 2018 à 8:29, modifications vendredi 8 juin 2018 à 8:28

Naviger dans la "Story"

Episode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !