Société

La Norvège veut relancer la chasse à la baleine

Alors que la pratique de la chasse à la baleine disparaît peu à peu, la Norvège veut lui donner une seconde jeunesse.

La Norvège est le seul pays au monde avec l’Islande a autoriser la chasse à la baleine. Et les choses pourraient s’accélérer alors que le gouvernement a décidé d’augmenter les quotas.

Une hausse de 28%

1278. C’est le nombre de baleines qui pourront être tuées dans les eaux norvégiennes en 2018. Un chiffre en augmentation de 28% par rapport à 2017. Une décision surprenante de la part du gouvernement alors que les pêcheurs peinent déjà à remplir les quotas. L’idée semble être de favoriser l’engagement de nouveaux acteurs sur ce marché. A l’heure actuelle, seulement 11 bateaux sont encore en activité. En 1950, il y en avait 350. Seulement 432 cétacés ont été harponnés l’an dernier.

Un moratoire international est en place depuis 1986 contre la chasse commerciale. Mais, la Norvège a refusé de le signer et a repris la pêche en 1993. Pour le pays, la population des cétacés est suffisamment importante. Il y en aurait plus de 100.000 dans les eaux du pays.

La Norvège devrait tirer les conséquences logiques du moratoire de la CBI sur la chasse commerciale à la baleine, de l’opposition large à la chasse, ainsi que de l’absence d’un marché local pour les produits, et démanteler cette industrie dépassée et superflue.

a commenté le chef de Greenpeace Norvège, Truls Gulowsen.

Il y a un an, un documentaire diffusé par la chaîne publique NRK avait provoqué une très forte polémique. On y apprenait alors que 90% des baleines assassinées dans le pays étaient des femelles enceintes. L’ONG Suisse Ocean Care expliquait alors : “Les chasseurs de baleines ne tuent pas seulement des baleines existantes mais aussi la génération suivante“. La situation ne risque donc pas de s’arranger.

Publié le mercredi 7 mars 2018 à 17:37, modifications mercredi 7 mars 2018 à 15:23

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !