Société

Harcèlement sexuel dans la gymnastique : les victimes auront droit à une ligne téléphonique

Morinari Watanabe, président de la Fédération internationale de gymnastique (FIG), désire l’activation prochaine d’un service téléphonique pour assister les victimes de harcèlement sexuel dans cette discipline sportive.

Cette ligne téléphonique intervient suite à l’affaire Larry Nassar.

Les lignes d’assistance téléphonique ne sont que le début…

Durant deux décennies, ce thérapeute a abusé sexuellement de 265 personnes, dont 160 gymnastes de l’équipe américaine, mineures pour la plupart. Aussi, après sa condamnation en janvier dernier, la Fédération Internationale de Gymnastique (FIG) met en place des moyens de prévenir de tels drames.

Grâce à ce futur numéro, Morinari Watanabe pense que victimes et proches dénonceront autour de 1000 cas de harcèlement sexuel dès la première année. Le businessman japonais, en poste depuis bientôt deux ans, se veut optimiste. Watanabe espère diviser le nombre d’appelants par deux, année après année.

Reste à savoir si celui-ci correspond, peu ou prou au nombre de cas d’agressions sexuelles.

Un athlète ou un parent d’athlète pourra appeler (…) Je pense que plus de 1000 personnes appelleront pour mentionner des faits de harcèlement sexuel.

A ainsi expliqué le président la FIG, à l’occasion des Jeux asiatiques de Jakarta.

…D’un plan anti-harcèlement sexuel plus ambitieux

Depuis la condamnation de Nassar, Morinari Watanabe a plusieurs fois évoqué ce sujet. Et il ne compte pas en rester là. En effet, cette ligne téléphonique n’est qu’un des éléments d’un projet plus vaste. La FIG  cherche à mettre sur pied une Fondation d’éthique de la gymnastique.

Cette structure s’articulera autour de trois priorités distinctes. D’une part la protection des victimes, d’autre part les sanctions disciplinaires à l’intention des agresseurs présumés, enfin la conformité des athlètes aux règles établies. Mais pour l’heure, ce plan n’est pas effectif.

Afin de l’appliquer au plus tôt, les fédérations nationales membres de la FIG devront le valider par vote en décembre. Par ailleurs, Morinari Watanabe est convaincu que la culture de la gymnastique doit évoluer. Dans son viseur, l’influence, trop grande, dont disposent les entraîneurs et les différents membres des équipes sportives.

Leur pouvoir dépasse bien souvent celui des athlètes et de leurs familles.

Les entraîneurs doivent communiquer avec les parents !

Assène le président, déterminé.

Publié le samedi 25 août 2018 à 10:02, modifications samedi 25 août 2018 à 0:52

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !