Société

Guyane : le mouvement social prend une ampleur de plus en plus importante

Le département Français d’outre-mer doit faire face à plusieurs mouvements sociaux et des barrages qui paralysent le pays depuis lundi dernier.

En marge de l’actualité, en Guyane, les mouvements sociaux prennent une ampleur de plus en plus importante mais peu relayés par les médias comme le soulignait Jean-Jacques bourdin ce matin, dans son émission sur TMC  .

Notre département d’outre-mer doit faire a un mouvement de grogne social depuis lundi, qui ont conduit Arianespace à ajourner le lancement d’une de sa fusée et le rectorat à fermer les écoles.

Un accord lui a été conclu, mercredi entre la direction d’Endel et ses salariés, portant sur la revalorisation des salaires. Pour autant, le blocage du site continue.  Le directeur du centre spatial, Didier Faivre, a annoncé jeudi, après trois reports successifs de la fusée Ariane,

qu’il n’y aurait  pas de lancement tant que la situation sociale ne sera pas réglée .

Un mouvement social qui prend de plus en plus d’ampleur

En effet ce ne sont pas que les problèmes de salaires que dénonce cette mobilisation citoyenne, mais bel et bien un malaise général. Ces collectifs de citoyens veulent souligner les problèmes qu’ils rencontrent, que ce soit en matière de santé, d’éducation, d’économie, de sécurité, d’accès au foncier ou au logement.

Dans un communiqué aux parents d’élèves, le recteur d’académie a annoncé que

 compte tenu des mouvements sociaux en cours, et des difficultés engendrées pour accueillir  les élèves et assurer les enseignements dans des conditions optimales de sécurité, les établissements (écoles, collèges, lycées) seront fermés aujourd’hui (jeudi) et jusqu’à nouvel ordre.

Même si La ministre des outre-mer, Ericka Bareigts, a proposé que se tiennent des discussions  autour des revendications des Guyanais, les manifestants qui organisent des barrages depuis lundi,

 ont fait part de leur refus d’une négociation sur Paris

a fait savoir hier leur porte-parole.

Les députés et sénateurs de Guyane, qui avaient demandé mercredi un plan marshall, ont jugé

inconcevable de demander aux manifestants de (…) lever les blocages pour venir s’entretenir avec les cabinets ministériels dans les bureaux parisiens.

Il faut savoir, que le pacte pour l’avenir de la Guyane, promis par François Hollande en 2013, n’a toujours pas été signé.

Les barrages se poursuivent, bloquant plusieurs ronds-points, comme à l’entrée de Cayenne en venant de Rémire mais aussi en venant de Kourou.

Publié le vendredi 24 mars 2017 à 12:09, modifications vendredi 24 mars 2017 à 12:09

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !