Société

Grève à la SNCF : La direction propose des primes pour inciter les cadres à conduire les trains

Alors que le mouvement de grève doit débuter lundi 2 avril, la direction de la SNCF a annoncé à certains cadres qu’ils pourraient bénéficier d’une prime s’ils conduisent occasionnellement des trains.

D’après une information franceinfo ce dimanche 1er avril, la direction de la SNCF a proposé à ses cadres une prime de « conducteurs occasionnels ». Celle-ci sera distribuée à ceux qui accepteront de conduire des trains au plus fort de la grève. Les sources syndicales, qui ont confirmé cette révélation, ont aussitôt dénoncé une tentative de déstabilisation du mouvement.

Depuis la semaine dernière, la direction propose une prime de conducteur occasionnel à des cadres opérationnels qui ne la touchaient pas jusqu’à présent.

A indiqué Erik Meyer, du syndicat SUD-Rail.

Une prime mensuelle de 150 euros

Ainsi, à quelques heures du mouvement de grève, la direction de la SNCF a informé « ses cadres transport traction », c’est-à-dire les chefs d’équipe d’agents de conduite, qu’ils bénéficieraient désormais d’une prime mensuelle de 150 euros. Elle sera rétroactive au 1er janvier 2018. Toutefois, cette prime mensuelle était jusqu’alors versée à des « cadres de direction issus de la conduite » amenés à conduire un train de temps en temps, « une fois par trimestre », a expliqué Eric Meyer. Le syndicaliste a précisé que la direction avait commencé à étendre ce dispositif aux « cadres tractions », aux « chefs d’équipe » des agents de la conduite. Et en leur proposant cette prime « de manière pérenne ».

Bernard Aubin, un autre délégué du syndicat FiRST, il s’agit certes d’une prime qui existait déjà et qu’on rendrait « plus incitative ». Par ailleurs, il a dénoncé des pressions exercées sur l’encadrement « pour remplacer les grévistes ».

C’est la politique de la carotte et du bâton pour réduire au maximum les impacts de la grève.

A-t-il martelé.

Un faux procès

Interrogée par franceinfo, la SNCF a évoqué une réponse à des revendications de longue date de ces cadres traction qui faisaient des remplacements ponctuels sans aucun bonus. Pour Alain Krakovitch, le directeur général de SNCF Transilien, il s’agit d’un « faux procès ». Il a d’ores et déjà annoncé que cette prime sera attribuée dans tous les cas.

Face à la grève dure qui s’annonce, « la direction est aux abois » a fait remarquer Eric Meyer.

Cela ne serait pas surprenant de la part de l’entreprise.

A estimé pour sa part Cédric Robert (de CGT Cheminots) à propos de la prime. Il a accusé la direction d’être « prête à tous les subterfuges pour casser la grève ».

La grève à la SNCF contre le projet de réforme du gouvernement démarre ce lundi soir. Pour rappel, la CGT, Unsa et CFDT appellent à un mouvement par épisode de deux jours sur cinq. Et ce jusqu’au 28 juin. Le syndicat SUD-Rail appelle quant à lui à une grève illimitée, reconductible par 24 heures.

Publié le lundi 2 avril 2018 à 12:34, modifications lundi 2 avril 2018 à 11:00

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !