Société

Grande distribution : Michel-Edouard Leclerc part en guerre contre le plastique

Michel-Édouard Leclerc déclare vouloir limiter la vente des objets à usage unique dès l’année prochaine dans ses grandes surfaces.

En 1996, E.Leclerc fut la première enseigne de la grande distribution en France à avoir supprimé volontairement la distribution de sacs en plastique dans ses supermarchés. Près de vingt ans plus tard, Michel-Edouard Leclerc repart en croisade contre le plastique et les objets à usage unique. Dans les colonnes du Journal du Dimanche, samedi 11 août, le PDG de l’enseigne de grande distribution a révélé son ambitieux plan de réduction de l’utilisation des plastiques.

“Il faut quelques pionniers, j’espère en être”

Alors que le gouvernement va instaurer un système de bonus-malus pour inciter au recyclage, Michel-Édouard Leclerc entend limiter la vente d’objets à usage unique dès l’année prochaine.

J’ai décidé qu’il fallait anticiper la loi. Les plastiques qui ne sont pas recyclables sont nombreux.

A-t-il regretté ajoutant :

Il faut négocier avec les fournisseurs des nouveaux cahiers des charges. Il y a aussi un travail à effectuer sur le sur-emballage.

Ainsi, les 650 directeurs des centres Leclerc vont ainsi être mobilisés sur la réduction de l’utilisation des plastiques. Et particulièrement ceux qui ne sont pas recyclables.

Dès la rentrée, nous allons passer commande de produits de substitution. Et écouler très vite nos stocks pour ne plus en proposer à la vente dès la fin du premier trimestre 2019.

A détaillé le distributeur. Ainsi, à l’occasion de l’Assemblée générale de rentrée, le PDG va lancer son plan draconien de réduction de l’utilisation des plastiques non recyclables. Pour ce faire, les plastiques seront ainsi remplacés par des matériaux plus « durables », tel que le carton ou le bambou.

À un moment, il faut fermer le robinet, arrêter de passer des commandes.

Selon Michel-Édouard Leclerc, l’enjeu économique est colossal. Il vise notamment les emballages autour des palettes, les produits frais ou encore les articles de jardinage ou de bricolage :

Je compte un an et demi au maximum pour mener les discussions et mettre en place des lignes de production pour nos marques propres.

A-t-il programmé.

En outre, Michel-Edouard Leclerc a lancé un appel à l’adresse des autres grands groupes.

Personne ne gagnera tout seul. Certains industriels doivent nous suivre. Il faut quelques pionniers, j’espère en être.

Placer Leclerc sur le podium européen

Ensuite, le dirigeant des magasins Leclerc envisage la mise en place d’un système de consigne au produit. Déjà, des essais sont actuellement menés dans des magasins des Hauts-de-France. Le système est tout simple. Le client qui ramène sa bouteille en plastique et en verre se voit crédité de quelques centimes sur sa carte de fidélité.

Je veux mettre Leclerc sur le podium européen des trois enseignes les mieux-disantes en matière de développement durable d’ici à 2022.

A ambitionné Michel-Édouard Leclerc, affirmant que la lutte contre le plastique « est dans mon ADN ».

Enfin, s’il considère que les consommateurs sont plutôt « à l’écoute » sur ce type de campagne, Michel-Édouard Leclerc est conscient que les industriels sont moins réceptifs.

C’est un chantier à mener en partenariat. Les inerties ne dépendent pas que des hommes mais aussi des structures.

A regretté le distributeur.

Dans les groupes où des milliers de salariés sont impliqués, il faut le temps de la pédagogie et de la formation. L’ennemi, c’est l’acculturation.

Publié le lundi 13 août 2018 à 10:42, modifications lundi 13 août 2018 à 10:49

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !