Les fonctionnaires sont priés de parler le français sur leur lieu de travail

Le gouvernement a rappelé que les fonctionnaires ont l’obligation de parler français sur leur lieu de travail.

Selon une information exclusive de 20 Minutes, le gouvernement a adressé une circulaire sur “L’emploi de la langue française dans la fonction publique” aux ministres, aux préfets de région et de département et aux directeurs généraux des agences régionales de santé, demandant aux fonctionnaires d’utiliser et de parler correctement le français dans le cadre de leur travail.

Relayée début octobre, pour faire un rappel et sensibiliser tous les fonctionnaires, le ministère de la fonction publique veut ainsi revaloriser l’utilisation du français dans les administrations publiques. Et ce sont bien évidemment les anglicismes qui sont visés.

En effet, dans un contexte où les anglicismes sont omniprésents dans nos échanges, en particulier dans le monde du travail, cette circulaire rappelle que les agents de la fonction publique “ont un devoir d’exemplarité” et que les fonctionnaires ont l’obligation de parler correctement le français dans toutes les circonstances.

La langue française serait-elle à ce point menacée au sein de la fonction publique ?

Il faut tout d’abord savoir que le français est de moins en moins utilisé comme langue de travail à Bruxelles. La langue qui fut jadis la langue des diplomates n’intéresse plus personne dans les institutions internationales.

Depuis 2015, seuls 5 % des documents produits à la Commission européenne sont d’abord écrits en français, contre 16,5 %, en 2005, et 40 % en 1997. Ainsi, la part du français dans la rédaction des textes originaux a drastiquement chuté au profit de l’anglais, langue d’origine de 81 % des documents de la CE en 2014.

Modifié : 20 octobre 2016 11 h 20 min

Ce site utilise des cookies.