Société

Son fils désire une poupée pour Noël, les insultes homophobes fusent

« Une future tapette, ton fils »

Dans un billet posté sur Facebook, ce père de famille, Guillaume Champeau, raconte comment il a été la cible d’attaques homophobes à cause d’un banal tweet.

Son fils n’osait pas demander une poupée au Père Noël

Tout a démarré par un banal tweet le 11 décembre dernier. Guillaume Champeau, père d’un enfant de 4 ans, a fait part de sa déception sur le réseau social.

En effet, ce jeune papa a voulu partager le mélange de malaise et de tendresse qu’il a ressenti lorsqu’il a compris que son fils n’avait pas osé demander une poupée au Père Noël, car ces jouets étaient dans les pages roses, “réservées aux filles”, du catalogue.

Guillaume Champeau fait l’expérience effrayante de l’homophobie

Après une vague de commentaires compatissants, il a raconté comment ce choix de cadeau de Noël avait provoqué un déferlement de haine homophobe.

Il en a tiré un récit, intitulé Voyage au pays des sexistes et homophobes, que l’on vous conseille de lire en intégralité, en cliquant ici.

Dans un premier temps, Guillaume Champeau explique que lui et sa femme ont toujours été des militants conscients et actifs de l’égalité entre les genres.

Il raconte que son fils joue avec des voitures et des ballons. Mais qu’il a aussi une dînette et une poussette. Jamais il ne lui a dit ‘c’est pour les filles’ ou ‘c’est pour les garçons’. Il part du principe que s’il veut un jouet, c’est qu’il en a besoin et envie.

Le papa n’imaginait pas que son tweet dénonçant le sexisme attiserait tant de haine. N’étant pas lui-même homosexuel, il raconte n’avoir jamais subi l’homophobie. Malheureusement, depuis ce tweet, il l’a vue de ses propres yeux s’afficher toute la journée sur son écran d’ordinateur.

Le jeune papa ne s’est pas pour autant laissé intimider. Il a également expliqué avoir pris les choses avec beaucoup de recul.

Pour moi, c’est important que les cons puissent s’exprimer, sinon on ne saurait pas que la connerie existe, ou pas à ce point, et on ne saurait pas quoi leur répondre. Donc, qu’ils s’expriment, qu’ils insultent. Tant mieux. Ça les rend visibles.

Son fils de 4 ans en tout cas aura droit à sa poupée pour Noël. Bienvenue en 2016 !

Publié le lundi 19 décembre 2016 à 15:39, modifications lundi 19 décembre 2016 à 15:08

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !