Société

Les enfants issus de milieux défavorisés entendent 30 millions de mots de moins…

Des inégalités sociales dès le plus jeune âge

Les enfants ne grandissent pas tous dans des milieux sociaux favorisés. Or, un déséquilibre a été pointé du doigt. En effet, il semble que les enfants qui grandissent dans des milieux défavorisés entendent nettement moins de mots que les autres enfants, à l’âge de 4 ans. Un véritable problème dans le développement de ces petits.

Un projet pédagogique

Terra Nova est un Think tank progressiste indépendant qui publie régulièrement des rapports, notamment sur les enfants. L’objectif est de pointer du doigt des problèmes souvent ignorés par les autorités et les professionnels, afin de proposer des solutions innovantes. Dernièrement, Terra Nova a ainsi expliqué que le système d’accès des places en crèche était inégalitaire. Ce rapport a d’ailleurs beaucoup fait parler de lui.

Mais aujourd’hui, c’est une autre thématique qui est abordée par le Think thank. En effet, selon eux, l’égalité des chances se joue dès l’école maternelle. D’où l’importance de l’environnement dans lequel les plus petits sont élevés. Il ne faut pas se contenter de les aider à l’école primaire ! Les problèmes surviennent bien plus tôt, et Terra Nova l’a démontré avec une étude particulièrement intéressante.

Des réalités sociales surprenantes

Terra Nova a été interviewé par France Info et a souhaité parler des réalités sociales qui existent en France dès le plus jeune âge des enfants. Selon lui, les inégalités sont visibles rapidement. En effet, à l’âge de 4 ans, un enfant d’un famille défavorisée entendrait 30 millions de mots de moins qu’un enfant issu d’une famille aisée.

Le vocabulaire est donc clairement dénoncé. Dès le départ, les enfants des classes plus populaires possèdent un vocabulaire plus basique que d’autres enfants du même âge. Ce qui engendre des difficultés, tant au niveau de l’expression orale que de la scolarité. Les chances de réussite scolaires de ces enfants sont donc plus faibles dès le début. C’est en tout cas ce que dénonce Terra Nova…

Pourquoi ?

Les enfants issus de milieux défavorisés ont donc un vocabulaire bien moins riche que les autres. La raison est simple : les parents lui parlent beaucoup moins. C’est pourtant durant la toute petite enfance que le cerveau connaît sa période de développement neuronal la plus importante. Aussi, dès le départ, les enfants des milieux défavorisés ont moins de chance que les autres de réussir à l’école.

D’autant plus que l’école ne s’attache pas à résorber ces inégalités. Pourtant, ce serait tout à fait possible d’après Terra Nova qui affirme que ces inégalités sont à l’origine de nombreux échecs scolaires.

Que faut-il faire ?

Selon Terra Nova, la solution est simple. C’est l’école qui doit intervenir pour corriger cet inégalité, dès la maternelle. Malheureusement, à ce jour, ce n’est pas le cas ! Les inégalités sont visibles à tous les niveaux. Même l’entrée en crèche semble être définie par le milieu social dans lequel évolue l’enfant.

Dès son plus jeune âge donc, l’enfant est catégorisé. Ce qui est un véritable problème pour l’avenir de ces enfants qui n’ont pas choisi de vivre dans un milieu défavorisé. L’école devrait donc aider à gommer ces inégalités, et c’est la même chose pour la crèche

Le problème d’accès à la crèche

Car Terra Nova a choisi également de démontrer la différence de traitement entre les familles aisées et les familles défavorisée au moment de l’entrée à la crèche. Ainsi, le mercredi 31 mai, le Think tank a publié un calcul simple qui illustre parfaitement les choses. En 2013, 20% des ménages les plus aisés ont eu 22% de chance de plus d’être admis en crèche que les familles modestes. Ce qui est néfaste pour le développement des enfants !

Car la crèche a une vocation pédagogique importante. Les enfants qui vont une crèche de bonne qualité ont davantage de chance d’aller à l’université que ceux qui n’ont pas la chance d’y aller. C’est dans cette optique que Terra Nova a demandé la création de 40 000 places de crèches supplémentaires dans les quartiers prioritaires et les territoires ruraux. C’est en effet selon le Think tank un instrument pédagogique efficace pour effacer les inégalités dès le plus jeune âge de l’enfant.

Une demande de renouvellement de la politique de la petite enfance

Dans le cadre de l’élection d’Emmanuel Macron comme Président de la République, Terra Nova demande un renouvellement de la politique de la petite enfance. Le Think tank interpelle ouvertement le Gouvernement, lui demandant de mener une politique engagée et innovante dans ce secteur clé pour l’avenir des enfants.

L’égalité des chances se jouerait donc avant l’école maternelle, et les chiffres avancés par Terra Nova sont édifiants. De nombreuses interrogations sont suscitées par la parution de ce rapport, qui pourrait bien être à l’origine d’une réflexion nouvelle sur les inégalités sociales… Qu’en pensez-vous ?

 

Publié le mardi 6 juin 2017 à 12:33, modifications mercredi 7 juin 2017 à 11:34

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !