Société

Edouard Philippe annonce un allongement du congé maternité pour les exploitantes agricoles et les travailleuses indépendantes

Le congé maternité pour les exploitantes agricoles et les travailleuses indépendantes va être porté à huit semaines minimum et durera seize semaines au total.

Jeudi 20 septembre, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé au micro de France Inter l’allongement du congé maternité pour les travailleuses indépendantes et les exploitantes agricoles. Selon l’Insee, il y a 2,3 millions de travailleurs indépendants en France. Parmi eux, 27% sont des femmes, soit environ 620.000 commerçantes, professions libérales, agricultrices…

Des droits similaires aux salariées

Aujourd’hui, la Sécurité sociale des indépendantes indemnise 44 jours, soit un peu plus de six semaines. Et avec 30 jours supplémentaires en option, soit un peu plus de dix semaines au total. Pour être indemnisées, les femmes doivent s’arrêter au moins 44 jours. Or, Edouard Philippe a confirmé que la durée minimale devrait passer à 8 semaines, dont 2 semaines avant l’accouchement. Ce congé pourra être porté jusqu’à 16 semaines, a expliqué le Premier ministre. Cette mesure, qui rapproche les droits des indépendantes avec celle du régime général, figure dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2019. Celui-ci sera présenté mardi 25 septembre  à l’Assemblée nationale.

De plus, interrogé au départ sur une éventuelle prolongation du congé paternité, également envisagée par l’exécutif, Édouard Philippe a reporté le projet à plus tard :

On va commencer à bouger sur le congé maternité. Et ensuite on regardera sur le congé paternité. L’idée, ça va être d’augmenter la durée minimale du congé maternité pour les travailleuses indépendantes. Soit de les aligner sur les droits des salariées.

Des spécificités pour chaque profession

En outre, le Premier ministre, qui souhaite s’inspirer d’un rapport de Marie-Pierre Rixain, la députée LREM de l’Essonne, a également indiqué que des mesures seraient prises pour permettre le remplacement de certaines professions. Il a pris l’exemple des agricultrices :

Si vous exploitez une ferme, il faut qu’elle tourne. Donc, si vous vous arrêtez, on peut vous trouver un revenu mais ça n’a pas de sens. Il faut trouver un remplacement. Ça veut dire qu’il faut augmenter les droits et prendre en compte les spécificités.

Rappelons qu’Emmanuel Macron avait promis pendant la campagne de créer « un congé maternité unique ». Il souhaitait garantir à toutes les femmes, quel que soit leur statut (salariée, entrepreneuse, intermittente, non-salariée, statut multiple, etc.), le régime le plus avantageux. Ainsi, la secrétaire d’État en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, avait annoncé en septembre 2017

Cela se fera métier par métier durant le quinquennat en commençant par les agricultrices.

Publié le vendredi 21 septembre 2018 à 12:53, modifications vendredi 21 septembre 2018 à 11:49

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !