Société

Cyber-harcèlement de Nadia Daam : Des publicités retirées du site Jeuxvideo.com

Suite aux menaces contre la journaliste d’Europe 1, Nadia Daam, lancées depuis un forum du site Jeuxvideo.com, une campagne de boycott a été lancée sur les réseaux sociaux contre l’éditeur Webedia. Plusieurs annonceurs auraient déjà suspendu leur campagne de publicité sur le site suite à cette vive polémique sur les réseaux sociaux.

Le site Jeuxvideo.com est dans la tourmente depuis quelques jours. La journaliste d’Europe 1 et d’Arte, Nadia Daam, a en effet été victime d’une campagne de cyber-harcèlement, lancée depuis un forum du site en question. La société Webedia édite également des sites comme PurePeople, PureMédia, IGN ou bien encore AlloCiné. Un appel au boycott a été lancé sur les réseaux sociaux ce week-end contre Webedia et auprès de ses principaux annonceurs.

Une campagne de boycott lancée sur les réseaux sociaux qui porte déjà ses fruits

Avec le mot-clé « #BoycottWebedia », les internautes ont demandé aux annonceurs de se désolidariser du groupe Webedia, qui édite Jeuxvideo.com. Certains utilisateurs de twitters ont ainsi exigé que des publicités soient retirées du site en question.

Selon des informations de LCI, le fabricant de pâtes Barilla a indiqué que sa campagne de publicité sur le site était suspendue. Le groupe de protection sociale APICIL a annoncé mettre « tout en œuvre pour suspendre » sa publicité sur Jeuxvideo.com. Odalys Vacances et la FDJ ont également retiré leurs publicités du portail de Webedia dédié aux jeux vidéo, d’après LCI.

Les circonstances du cyber-harcèlement de Nadia Daam

Nadia Daam travaille sur Europe 1, Slate et participe également à l’émission 28 Minutes sur Arte aux côtés d’Elisabeth Quin. Elle a également été chroniqueuse dans l’émission Les Maternelles. Elle a publié différents livres comme Mauvaises mères ! Les joies de la maternité, Mères indignes ! et Kata Sutra, la vérité crue sur la vie sexuelle des filles. La journaliste Nadia Daam, a été victime de menaces et de harcèlement après une chronique sur Europe 1 dénonçant la campagne de haine à l’encontre de deux militantes féministes, menée par le forum Blabla 18/25 du site Jeuxvideo.com.

Pourquoi tant de haine ?

Nadia Daam a évoqué, dans son intervention à la radio, le cas du numéro « anti-relous », lancé par les deux militantes féministes, Clara Gonzales et Elliot Lepers. Le service téléphonique, lancé le 27 octobre dernier, n’aurait pas tenu une semaine en effet. Ce service a été victime de « flooding ». C’est-à-dire que le numéro en question a été inondé de messages malveillants, à l’initiative notamment d’utilisateurs du forum Blabla 18-25 ans de Jeuxvidéo.com.

Selon Nadia Daam, ce forum :

représente la poubelle à déchets non recyclables d’Internet, à ce stade-là c’est pas balance ton porc, mais balance toute la chaîne de fabrication des jambons Madrange, couenne comprise. Parce que ces gens se sont fixé une mission: harceler, menacer et décourager la moindre initiative féministe. […] Dans la nuit de lundi à mardi, les membres de ce forum, pas que d’ailleurs, ont organisé un véritable raid pour saturer la ligne et ça a marché puisque le numéro est toujours hors service. À ce stade de bêtise crasse et de malveillance, il faudrait que les membres de ce forum pensent à léguer leur cerveau à la science, pour qu’on sache un jour comment il est possible de rester en vie quand on est aussi con.

Europe 1 a d’ailleurs déposé plainte jeudi dernier pour « menace de crime contre les personnes ». Une tribune de soutien à Nadia Daam a également été publiée sur le site de Libération. Elle a été signée par près de 180 journalistes. La riposte a été initiée, en réalité, par une militante féministe. Sophie Gourion, ex-conseillère auprès du ministère des Droits des femmes, a interpellé les marques qui apparaissaient sur le forum incriminé. Elle est notamment à l’origine du mot clé apparu sur les réseaux sociaux.

La réaction de Webedia

Webedia a depuis publié un communiqué et tente d’éteindre l’incendie. Le groupe, qui détient Jeuxvideo.com depuis 2014, a l’intention de porter plainte contre les harceleurs de la journaliste Nadia Daam. Un porte-parole de la société, cité par Le Parisien, indique que « des dizaines de milliers de messages » ont été supprimés dès mercredi soir. Les effectifs de modérateurs ont été doublés sur le forum vendredi dernier. Selon un source proche de Webedia, contactée par la rédaction de LCI, « la demande de boycott ou de fermeture du forum » n’est, en revanche, pas à l’ordre du jour.

Les fauteurs de trouble iraient prendre possession d’un autre forum potentiellement non modéré.

Nadia Daam a exprimé son désarroi sur Twitter face à cette situation ubuesque. La journaliste dénonce le manque de réaction de Webedia.

Un jour, il faudra qu’on s’occupe sérieusement de Webedia, qui laisse les internautes de ses plateformes (coucou les trépanés de jeuxvidéo) harceler et menacer, sans jamais bouger le petit doigt.

L’intensité de ce cyber-harcèlement est telle que Nadia Daam a été contrainte de verrouiller son profil sur Twitter. Selon Philippe Vandel, cité par L’Express, la journaliste a d’ailleurs porté plainte dans cette affaire.

Elle a été physiquement menacée également. On a essayé d’infiltrer sa boîte mail.

La force de la twittosphère contre les annonceurs

Le précédent cas de mobilisation impressionnante sur les réseaux sociaux pour faire plier des annonceurs concernait le boycott de l’émission Touche Pas à Mon Poste de Cyril Hanouna à l’époque d’une polémique sur une séquence jugée homophobe. De nombreuses marques avaient renoncé à diffuser leurs spots publicitaires dans les coupures du programme phare de C8. La chaîne et le groupe Canal + avaient perdu près d’un million d’euros de recettes publicitaires dans cette affaire.

Publié le mercredi 8 novembre 2017 à 10:02, modifications mercredi 8 novembre 2017 à 10:02

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !