Société

Comportements religieux en entreprise : les cas conflictuels sont en hausse

Selon l’institut Randstad et l’Observatoire du fait religieux en entreprise (OFRE), les cas conflictuels en entreprise concernant les comportements religieux sont en hausse.

Même s’ils sont minoritaires, les conflits en entreprise liés à une conduite religieuse sont en hausse. En effet, selon l’institut Randstad et l’Observatoire du fait religieux en entreprise (OFRE), les “cas conflictuels” liés à la pratique d’une religion représentaient 6.7 % sur l’ensemble des faits recensés en 2016. Pour 2017, l’étude compte 7.5 %.

En hausse, mais marginaux

L’étude révèle également que les comportements religieux qui perturbent le bon fonctionnement des entreprises sont en augmentation. Ceux qui transgressent les règles légales aussi. D’ailleurs, pour gérer les conflits, les managers se disent souvent se retrouver dans une situation complexe. De fait, 16% des conflits nécessitent l’intervention d’un manager en 2017 contre 14% en 2016. Un manager sur cinq se dit être confronté à des “difficultés”.

L’étude menée par OFRE insiste toute de même sur la relative rareté de ces évènements. Lionel Honoré, directeur de l’OFRE affirme :

Quantitativement marginaux, ces faits sont qualitativement très importants car ils polluent le bon fonctionnement de l’entreprise

Il donne d’ailleurs plus de détails sur les querelles d’entreprises. Les personnes religieuses présenteraient un “refus de travailler avec une femme ou sous ses ordres”, “de réaliser certaines tâches ou de respecter les ordres du manager”, ou de “travailler avec des personnes ayant une autre religion”. Enfin certains “contesteraient des horaires de travail eu égard à la prière”. Certaines formes de “prosélytisme” auraient aussi été constatées.

Un cadre juridique méconnu

Selon l’étude, l’Islam reste en première ligne concernant les querelles. Les entreprises les plus touchées sont situées majoritairement dans des “zones urbaines densément peuplées, plus appauvries et marquées par une diversité religieuse”. Côté secteurs économiques, le “bâtiment”, le “transport” et la “grande distribution”, sont les plus affectés.

Le cadre juridique concernant la liberté religieuse en entreprise a été précisé en 2016. En effet, la loi travail de 2016 autorise aujourd’hui les entreprises à fixer les règles dans le règlement intérieur. Les entreprises ont été permises d’imposer, sous conditions, une neutralité religieuse à leurs salariés par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). Cependant, Lionel Honoré, explique que “ce cadre n’ayant que quelques mois d’existence, trop peu d’entreprises s’en sont saisi pour le moment”.

De manière plus générale, l’enquête révèle que 65% des salariés déclarent observer occasionnellement ou régulièrement des faits religieux au travail. De fait, ce chiffre reste globalement stable par rapport à 2016.

Selon RTL, l’enquête a été réalisée entre avril et juin 2017, auprès de 1.397 répondants cadres et managers par le biais d’un questionnaire administré en ligne. 63% des répondants exercent une responsabilité managériale au sein d’une équipe pouvant aller de 3 à 250 personnes. Pratiquants ou non, les répondants sont catholiques (49%), protestants (3%), juifs (2%), musulmans (8%), bouddhistes (1%), athées (27%) ou agnostiques (11%).

Publié le jeudi 28 septembre 2017 à 15:04, modifications jeudi 28 septembre 2017 à 14:48

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

3 Commentaires