Société

Qui est Christian Ganczarski, l’ami allemand d’Oussama Ben Laden ?

Retour sur le parcours atypique d’un terroriste impliqué dans plusieurs attentats sanglants, dont celui du 11 septembre.

Cet islamiste converti est soupçonné d’avoir recruté l’un des kamikazes du 11 septembre et d’avoir commandité d’autres attentats sanglants à travers le monde. Retour sur le parcours macabre d’un spécialiste du terrorisme international, qui fut également l’ami de Ben Laden.

Un virage extrême

Christian Ganczarski grandit dans la Pologne des années 1960. Issu d’une famille catholique pratiquante, il va régulièrement à la messe et suit des cours de catéchisme. Adulte, il quittera son pays natal pour rejoindre l’Allemagne, où il travaillera dans le secteur de la métallurgie. C’est au sein de cette industrie qu’il noue ses premiers contacts avec le monde arabe.

Ganczarski finira par se convertir à l’islam en 1986. Il devient alors furieux quand on l’appelle par son vrai prénom, et se présente désormais sous le nom d’Abu Ibrahim. Il épousera par la suite une allemande convertie, avant de partir pour l’Arabie Saoudite.

C’est alors que commence un périple islamiste à travers le Moyen-Orient et l’Asie. Passé par une école coranique, il se rendra ensuite en Tchétchénie pour se battre contre “l’envahisseur russe”, puis en Afghanistan et au Pakistan. Au cours des années 1990, il deviendra même un ami d’Oussama Ben Laden, et le fournira en médicaments grâce à des ordonnances d’abord obtenues pour sa fille.

A cette époque, Ganczarski fait partie des dirigeants d’Al-Qaïda, et participe en tant que tel aux attentats du 11 septembre. On le soupçonne alors d’avoir recruté l’un des kamikazes, mais le terroriste continue d’échapper aux pays occidentaux.

En 2002, il est le dernier interlocuteur téléphonique du terroriste tunisien responsable de l’attentat contre la synagogue de la Ghriba à Djerba, qui tuera plus d’une dizaine de personnes. La communication est interceptée, ce qui mènera à son arrestation à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle 1 an plus tard. Il sera ensuite jugé à Paris en 2009 pour l’attentat de Djerba.

Un prisonnier convoité par Washington

Condamné à 18 ans de prisons en 2009, Ganczarski a effectué sa peine sans esclandre. Il bénéficie toutefois d’une grande popularité parmi les détenus, comme le raconte un surveillant de prison :

Dès qu’il était placé à l’isolement, il y avait des mouvements de soutien des autres détenus qui parvenaient à bloquer le fonctionnement quotidien de la prison. On avait fini par renoncer.

Mais plus récemment, le détenu s’est à nouveau fait remarquer en agressant trois surveillants en hurlant “Allah Akbar”. Une manœuvre étrange, étant donné que le prisonnier sera bientôt libérable. Toutefois, on sait que les Etats-Unis avaient demandé une extradition afin de le juger pour son implication dans les attentats du 11 septembre. Une moyen d’échapper à l’enfer des prisons américaines ?

 

Publié le dimanche 14 janvier 2018 à 18:10, modifications dimanche 14 janvier 2018 à 18:07

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !