Société

Camille Genton, séropositif, dénonce la discrimination dont il est victime au quotidien

Camille Genton a 32 ans, et il est séropositif. Le jeune homme a décidé de sortir du silence et dénoncer les discriminations dont sont malheureusement victimes les séropositifs sous traitement.

Ce jeune homme a découvert qu’il était malade lorsqu’il avait 25 ans. Il effectue des tests de routine, au début d’une nouvelle relation amoureuse. Et il découvre qu’il est porteur du VIH. Un véritable coup de massue puisqu’il ignorait totalement être séropositif. Il rappelle d’ailleurs, lors d’un entretien avec le Parisien, que 30 000 personnes ignorent leur séropositivité. Souvent, elles ont peur de faire le dépistage. Camille Genton rassure :

​​ La prévention reste importante mais il faut oser dire, aussi, qu’en France ce n’est plus une maladie mortelle mais chronique, qui n’empêche pas de vivre normalement.

Une grande ignorance de la maladie

Depuis qu’il a appris qu’il était malade, le jeune homme est soigné. Il a alors constaté qu’il y avait une terrible ignorance de la maladie en France. Il a avant tout constaté que cette maladie souffrait d’une image honteuse, ce qui alimente les préjugés et les discriminations. Et finalement, selon lui, le comportement des autres envers les malades est encore plus difficile à vivre que la malade elle-même.

Le jeune homme, actuellement à la tête de neuf restaurants, a donc écrit un manifeste. Une femme travaillant dans une banque l’a poussé à faire cette démarche. Ainsi, il y a sept ans, elle lui a expliqué qu’il n’était pas apte à contracter un crédit, à cause de la maladie. Et donc, qu’il ne pouvait pas ouvrir son premier restaurant.

Ce manifeste s’intitule Positif, et est sorti le 6 septembre dernier. Il dénonce le regard de la société qui avance, comme l’auteur l’indique, plus doucement que la science. Ce texte a ému beaucoup de monde, et 153 personnalités ont signé ce manifeste. On retrouve ainsi par exemple l’ancienne Ministre de la santé Marisol Tourraine, Ian Brossat, adjoint au logement de la mairie de Paris, la journaliste Daphné Bürki, la créatrice Agnès b., la comédienne Charlotte Valendrey… et ce ne sont là que quelques exemple.

Le virus de la discrimination et du rejet

Dans ce manifeste, ce jeune entrepreneur rappelle que le virus empoisonne sa vie au quotidien. Mais qu’il y a aussi le virus de la discrimination et du rejet, ce qui constitue une double peine. Il avoue avoir dû mentir aux banques et aux assurances afin de pouvoir vivre normalement. Il raconte également comment certains cabinets médicaux ont refusé de le soigner.

On a la chance d’être en France, les traitements ne coûtent rien. Un patient traité est un patient qui n’est plus contagieux. (…) Moi j’ai des rapports sexuels depuis sept ans sans préservatif, sans risque pour mon partenaire.

Alors que des traitements très prometteurs ont étés récemment découverts concernant la maladie, initiative de Camille Genton représente également un très bel espoir pour tous les porteurs du VIH :

Nous sommes séropositif.ve.s ou solidaires des personnes séropositives, mais nous sommes aussi bien plus que cela.

Publié le dimanche 1 octobre 2017 à 14:01, modifications dimanche 1 octobre 2017 à 18:00

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire