Société

Bure : opération d’évacuation des opposants au projet d’enfouissement de déchets nucléaires

La gendarmerie nationale a débuté jeudi une opération “visant à mettre fin à l’occupation illégale” du Bois Lejuc, épicentre de la lutte contre le projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse), a annoncé le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

Sous l’autorité de la préfète de la Meuse, une opération menée par la gendarmerie a débuté ce matin à 6H15.

A écrit sur son compte Twitter le ministre. Ses services mettent ainsi à exécution une décision de justice prise en avril par le Tribunal de grande instance de Bar-le-Duc.

Comme sur des roulettes

Selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur sur place, “l’opération se passe bien”. Cinq cents gendarmes, dont cinq escadrons de gendarmerie mobile, sont mobilisés. L’opération d’évacuation concerne 221 hectares, a annoncé le ministère de l’Intérieur.

La préfète de la Meuse doit faire un premier point avec la presse sur place vers 09H00.

85 000 m3 de déchets

L’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) a retenu le bois Lejuc pour l’installation des cheminées d’aération du projet Cigéo, visant à enfouir à 500 m sous terre les déchets nucléaires les plus radioactifs ou à vie longue du parc français.

L’agence doit réaliser des forages exploratoires dans la forêt afin de récolter des données en vue du dépôt de la demande d’autorisation de création (DAC) du site, prévue pour 2019. Des forages rendus pour l’heure impossibles par l’occupation du bois.

Saisi en référé par l’Andra, le TGI de Bar-le-Duc avait rendu en avril une décision d’expulsion du Bois Lejuc

Les opposants au projet Cigéo contestent la procédure de cession de ce terrain à l’Andra.

Publié le jeudi 22 février 2018 à 7:51, modifications jeudi 22 février 2018 à 15:08

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !