Société

Blocage du 17 novembre : Christophe Castaner met en garde les policiers

La direction de la police nationale rappelle aux policiers qu’ils ont interdiction de s’associer au mouvement des « gilets jaunes » en étant en service ou « en tenue d’uniforme ». 

À deux jours de la mobilisation nationale des automobilistes contre la hausse du prix des carburants, les policiers ont été rappelés à l’ordre. En effet, dans une note envoyée le vendredi 9 novembre, la Direction générale de la police nationale (DGPN) a averti ses troupes.

Ne peuvent s’associer à une manifestation en service

Dans ce document le préfet Eric Morvan rappelle à ses troupes le « comportement » qu’elles doivent adopter à l’occasion de cette mobilisation. Ainsi, la DGPN a-t-elle prévenu que forces de l’ordre « ne peuvent s’associer en qualité de policiers » à ce mouvement annoncé dans l’ensemble de l’Hexagone samedi 17 novembre.

Les chefs de service rappelleront donc à leurs effectifs qu’ils ne peuvent s’associer à un rassemblement ou à une manifestation. Quel que soit leur objet ou leurs modalités, en service, en tenue d’uniforme, armés. Ou en utilisant des matériels, des équipements ou des véhicules de service.

Précise la note.

Ajoutant :

Les valeurs de neutralité et le devoir de réserve seront clairement rappelés pour éviter tout comportement qui pourrait nuire à l’image des policiers.

Plusieurs collectifs de policiers et une organisation professionnelle ont en effet récemment appelé les policiers à se joindre à ce mouvement. L’UPNI (Union des Policiers Nationaux Indépendants), a publié le 29 octobre un message. Dans celui-ci, elle invite ses membres à distribuer un flyer aux automobilistes et aux manifestants. Une manière de montrer leur « solidarité face à cette colère citoyenne légitime ».

Or, pour la DGPN, si la liberté d’expression est un droit fondamental ouvert à tous les citoyens, « son exercice est encadré pour les agents publics et en particulier pour les policiers ». Et d’ajouter :

Les valeurs de neutralité et le devoir de réserve seront clairement rappelés. Pour éviter tout comportement qui pourrait nuire à l’image des policiers. Et finalement au respect qui leur est du.

Une difficile gestion sécuritaire

De nombreux collectifs de citoyens, baptisés « gilets jaunes », ont appelé à une journée de blocage des routes samedi. Ils entendent protester contre la hausse du prix des carburants.

Or, cette mobilisation est inhabituelle dans sa forme. Aussi complique-t-elle la tâche de la police et de la gendarmerie afin d’évaluer la taille du dispositif nécessaire. En effet, côté sécurité, les forces de l’ordre se préparent sur l’ensemble du pays à une mobilisation complexe. Elle sera, effectivement, rendu ardue autant sur la forme des actions menées que sur l’ampleur des différentes mobilisations. Et, l’absence de structures syndicales ou partisanes, qui sont habituellement le relais de ce type de rassemblements, complique la tâche de la police et de la gendarmerie pour évaluer la taille du dispositif nécessaire.

Par ailleurs, Christophe Castaner a prévenu sur BFMTV mardi 13 novembre qu’aucun « blocage total ne sera toléré ».

Partout où il y aura un blocage, et donc un risque pour les interventions de sécurité et aussi la libre circulation, nous interviendrons.

 

Publié le jeudi 15 novembre 2018 à 10:57, modifications jeudi 15 novembre 2018 à 10:57

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !