Société

Belgique : Laurent Simons, 8 ans et déjà bachelier

Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années...disait Corneille

En Belgique, la sensation de la session 2018 des diplômes de fins d’études secondaires s’appelle Laurent Simons. Cet enfant de 8 ans est le plus jeune “bachelier” du Pays. Passionné de mathématiques, il intègrera l’université à la rentrée prochaine.

Fort d’un quotient intellectuel (Q.I) de 145, le prépubère Laurent Simons est un haut potentiel. En Belgique, seulement 2.5 % de la population a un Q.I d’au moins 130, minimum requis permettant de rentrer dans la catégorie des intelligences hors norme. Avec 15 points de plus, le jeune Belge est peut-être un génie en devenir.

Laurent Simons, un enfant pas comme les autres

C’est déjà ce qu’avait remarqué les parents du surdoué dans sa petite enfance. À l’époque, plutôt que de jouer dans l’insouciance avec ses amis, comme le font les autres enfants, Laurent Simons arborait une attitude autre. En effet, le gamin au haut potentiel passait volontiers son temps à analyser les choses. Au micro de RTBF, Alexander Simons se souvient :

Pour lui (Laurent Simons), c’était difficile de jouer avec les autres (gamins).

Commente d’abord le père du garçon.

Il observait comment cela se passait.

Dit-il ensuite.
Avant de continuer sur un détail non négligeable :

Il faisait les choses différemment. Il ne savait pas quoi faire des jouets.

Admet enfin le papa du génie.

Soulignant par là une caractéristique que l’on retrouve régulièrement chez les personnes précoces. C’est-à-dire, une fulgurance à assimiler le fonctionnement des systèmes, suivie d’une forme d’ennui.

Qui confirme sa particularité à l’école

Parfois, les élèves mettaient trop de temps à répondre alors je répondais à leur place.

Confie le garçonnet, aux journalistes de la VRT.

De fait, Laurent s’ennuyant en classe, ses parents l’ont sorti du parcours classique de l’Éducation nationale. Il suit alors des cours individuels, ce qui lui permet de valider une scolarité secondaire complète, mais en seulement un an et demi !

En comparaison, cela revient à dix ans d’avance sur sa tranche d’âge. Alors qu’il devrait être en CE2 selon la norme, il vient d’obtenir son diplôme d’études secondaires, l’équivalent en France du baccalauréat.

Quel avenir pour Laurent Simons ?

Academisch Medisch Centrum, Amsterdam / Crédits © Vincent Steenberg

L’année dernière déjà, une fois par semaine, Laurent travaillait avec l’équipe des chercheurs de l’Academisch Medisch Centrum (AMC) aux Pays-Bas. Il s’agit d’un hôpital universitaire affilié à l’université d’Amsterdam, une des meilleures facultés d’Europe. De cette académie, sont issus pas moins de six prix Nobel.

Pour l’heure, il semble donc que l’avenir du natif d’Ostende (au nord-ouest de la Belgique), qui vit à Amsterdam, se trouve dans la recherche scientifique. En effet, le fils Simons est féru de mathématiques.

Ma matière préférée, ce sont les mathématiques. Parce que c’est très vaste. Il y a la statistique, la géométrie, l’algèbre… Il y a plusieurs directions.

Expliquait-il encore à la VRT.

Cependant, rien n’est fixé. Les possibilités multiples offertes à la fois par ses capacités et son amour des chiffres ont fait basculer son désir de professionnalisation. Ainsi, lorsqu’il avait six ans, il hésitait entre être chirurgien et devenir astronaute.

Deux années plus tard, son choix se porte désormais sur l’ingénierie informatique, car le garçon précoce affirme vouloir exercer “dans les ordinateurs”. Quoi qu’il décide, il pourra toutefois compter sur le soutien indéfectible de son père belge et de sa mère allemande.

S’il décidait demain de devenir menuisier, cela ne nous poserait aucun problème. Du moment qu’il est heureux.

Concluait Alexander Simons.

Surnommé “le petit Einstein“, Laurent, lui, sera un étudiant tout ce qu’il y a de plus spécial, dès la rentrée prochaine.

 

Publié le mardi 3 juillet 2018 à 15:25, modifications mardi 3 juillet 2018 à 12:45

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !