Société

Les autres attentats imaginés par les terroristes du 13 novembre

Les auteurs des attentats terroristes du 13 novembre avaient une liste de lieux pour de nouveaux attentats en France et en Belgique. Explications.

C’est une liste découverte par les policiers belges le 15 mars 2016 et dévoilée par nos confrères de l’Express. On y découvre les cibles d’attentats imaginés par les terroristes du 13 novembre.

Des cartes et des reportages vidéos

Nous sommes à quelques jours des attentats de Bruxelles, le 22 mars 2016. Depuis plusieurs mois, deux membres du commando terroriste qui a frappé la France le 13 novembre  dont Salah Abdeslam sont en fuite. Trouvé par hasard dans un appartement de Bruxelles, il réussit ce jour-là à s’échapper de nouveau. Mais, derrière lui, il laisse un ordinateur. Sur celui-ci, les forces de l’ordre vont découvrir des contenus effrayants. Au milieu de la propagande et des livres religieux, on trouve en effet des cartes et des reportages vidéos. Autant de cibles potentielles imaginées pour des attentats.

La première est une école maternelle et primaire à Houthalen-Helchteren, au nord de Bruxelles. Les policiers trouvent des plans dessinés à la main, un itinéraire d’attaque ou encore des dessins pour les lits des enfants. Le groupe aurait à priori pensé y stocker des armes mais rien n’a été retrouvé sur place. Surtout, il y avait un reportage sur la prise d’otages dans une école de Neuilly en 1993. Difficile de croire à une coïncidence.

Parmi, les autres lieux en Belgique qui apparaissent dans cette liste, on trouve :

  • La caserne de Flawinne, à Namur, camp de base des forces spéciales belges
  • Le port d’Anvers
  • Le cabinet du premier ministre

Difficile comme le dit l’Express de faire le tri entre les idées folles et les projets réellement considérés par les terroristes. D’autres lieux apparaissent aussi en France. Notamment, l’usine de traitements de déchets nucléaires de la Hague, l’école militaire de Saint-Cyr,..

Parmi les idées qui semblent les plus folles, on trouve aussi la volonté de s’attaquer au porte-avions Charles de Gaulle avec un lance-missile. Autant de projets qui ont disparu avec leurs auteurs le 22 mars 2016. Ils se font alors exploser à l’aéroport et dans le métro de Bruxelles. Des actes terroristes qui ont causé 32 morts et 350 blessés. Depuis, chaque piste, chaque information a été étudiée. Selon Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur, 20 attentats auraient été déjoués en 2017

Publié le lundi 2 avril 2018 à 15:01, modifications lundi 2 avril 2018 à 14:37

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !