Société

À Paris, une pyramide de chaussures contre les bombardements de civils

Une pyramide de chaussures sur la place de la République: les Parisiens étaient appelés samedi par l’ONG Handicap international à venir jeter leurs souliers usagés pour protester contre les bombardements de civils en zones de guerre, a constaté l’AFP.

Chaque jour dans le monde, 90 civils sont victimes de “bombardements aux effets indiscriminés”, selon l’ONG. “En zones urbaines, aujourd’hui théâtres de nombre de combats, les civils représentent 92% des victimes d’armes explosives”, indique Handicap international.

L’ONG a lancé une pétition et espère rassembler un million de signatures pour faire pression sur les États. “Une dizaine d’États travaillent à l’élaboration d’une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées, soutenue par le secrétaire général des Nations unies. La France, elle, est aux abonnés absents”, dénonce Handicap international.

“Nous visons tous les États qui ne respectent pas le droit international humanitaire”, a déclaré à l’AFP Xavier du Crest de Villeneuve, le directeur France de l’organisation, citant par exemple les “belligérants en Somalie, en Syrie, au Yémen”. “L’Arabie saoudite continue de bombarder le Yémen or la France continue de lui vendre des armes”, a-t-il critiqué.

Des prothèses de jambes rassemblées à l'occasion de la pyramide de chaussures organisée place de la République à Paris, le 29 septembre 2018

(credit photo AFP) Des prothèses de jambes rassemblées à l’occasion de la pyramide de chaussures organisée place de la République à Paris, le 29 septembre 2018

Le directeur général d’Handicap international, Manuel Patrouillard, en a appelé à Emmanuel Macron, le prochain Forum de Paris sur la Paix qui se tiendra du 11 au 13 novembre et où seront réunis une cinquantaine d’Etats, étant “une opportunité pour la France de prendre le leadership” sur cette question.

Handicap international est notamment présente en Irak, pour des opérations de déminage, de prévention et d’assistance aux victimes. Sara Shwani, une Irakienne de 28 ans, est venue à Paris expliquer le travail qu’elle mène avec l’ONG dans les écoles contre les engins explosifs et avec les Irakiens qui ont dû fuir leur habitation.

“Nous essayons d’éduquer les enfants comme les adultes au danger des explosifs: comment se comporter, comment reconnaître ces engins qui peuvent être cachés n’importe où, dans un four, dans une bouteille de jus, et même dans un Coran. N’importe quel objet peut en fait être un explosif”, a-t-elle expliqué.

“Début septembre, une famille de Mossoul qui avait fui les bombardements a voulu retourner dans sa maison. Mais quand ils ont poussé la porte, la maison a explosé. Les parents et leurs trois enfants sont morts”, a-t-elle raconté.

Démonstration de recherche de mine antipersonnel lors de la pyramide de chaussures organisée par Handicap international place de la République à Paris, le 29 septembre 2018

(credit photo AFP) Démonstration de recherche de mine antipersonnel lors de la pyramide de chaussures organisée par Handicap international place de la République à Paris, le 29 septembre 2018

“Des gens ont fui pour être en sécurité et quand ils reviennent chez eux, ils meurent parce que leur maison a été contaminée” par des explosifs, a-t-elle déploré. “C’est l’un des principaux problèmes aujourd’hui en Irak”.

Quinze pyramides de chaussures ont été installées en France tout au long du mois de septembre.

A Lyon, outre des démonstrations de déminage, est également présenté un projet pilote permettant de cartographier les zones potentiellement minées grâce à un drone et d’ainsi mieux cibler le travail des démineurs. Le projet doit débuter en novembre au Tchad.

Publié le samedi 29 septembre 2018 à 19:10, modifications samedi 29 septembre 2018 à 19:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !