Société

3 264 sans-abri ont été recensés à Paris

Cette opération de comptage des sans-abri sans précédent montre à quel point le gouvernement s’est trompé dans son appréciation du problème.

Cela fait maintenant plusieurs semaines que le gouvernement fait étalage de son ignorance sur le sujet très sensible des sans-abri à Paris. Le secrétaire d’Etat du ministre de la Cohésion des territoires Julien Denormandie est le premier à avoir dérapé fin janvier en déclarant que seuls “une cinquantaine d’hommes isolés en Ile-de-France” avaient dormi dans la rue la nuit précédente. Puis, le député LREM de Paris Sylvain Maillard est allé encore plus loin en affirmant que “même dans les cas de grand froid, certains SDF ne souhait[aient] pas être mis à l’abri.

Face au mépris et à l’ignorance dont ces propos font preuve, 2 000 bénévoles et membres d’associations ont décidé d’arpenter Paris dans la nuit du 15 au 16 février 2018 afin de compter tous les sans-abri en difficulté dans la capitale. Le résultat de ce comptage vient désormais d’être révélé, et le moins que l’on puisse dire, c’est que Julien Denormandie était très loin du compte.

Plusieurs milliers de sans abris affrontent le froid tous les soirs

C’est lors de la nuit de la solidarité, qui a eu lieu entre le 15 et le 16 février 2018, que la ville de Paris a effectué cette opération de comptage sans précédent. Ce sont près de 2 000 personnes dont 1 700 bénévoles qui ont donc arpenté la ville afin d’aller à la rencontre de ceux qui, chaque soir, affrontent le froid faute d’avoir pu trouver un logement.

Répartis en 350 équipes de 5 à 6 personnes, les bénévoles ont recensé 2 025 sans-abri dormant dans la rue. Mais il faut ajouter à ce chiffre déjà plus de 40 fois supérieur à celui annoncé par Julien Denormandie, les 200 personnes ayant trouvé refuge dans les gares SNCF, les 49 sans-abri hébergés dans les services d’urgence des hôpitaux de l’Assistance publique, les 377 autres dans les stations de métro et de RER et les 112 SDF logés dans les parkings Vinci. Il ne faut également pas oublier les 129 sans-abri du Bois de Vincennes, les 20 autres du Bois de Boulogne et les 40 derniers du parc de la Colline dans le 18ème arrondissement.

Si l’on ajoute à ce décompte les 672 sans-abri logés provisoirement dans les gymnases et autres salles de mairie, qui n’ont aucune certitude de ne pas passer la nuit dehors demain, on arrive à un total de 3 624 personnes. Selon l’adjointe à la mairie de Paris chargée des solidarités et de la lutte contre l’exclusion, “Pour accueillir tout le monde, il nous manque bien 3 000 places pérennes“. Il faudra donc, pour y parvenir, “conjuguer les efforts de l’Etat et de la Ville.

Le mouvement de solidarité continue, mais il est encore trop modeste

Mais ce chiffre déjà très élevé de 3 624 sans-abri à Paris, qui suffit à montrer l’amateurisme total du gouvernement sur le sujet (et son mépris de classe), est encore loin de la réalité. En effet, 1 600 places ont été offertes temporairement pendant l’épisode de grand froid que l’on connaît actuellement, et seront fermées le 31 mars, ce qui forcera ces sans-abri à retourner dans la rue. En outre, de nombreux autres espaces à deux pas de Paris ont été laissés de côté, comme les chantiers ou la zone autour du périphérique.

La répartition géographique des sans-abri est très inégale à Paris. En effet, les arrondissements les plus “populaires” de la capitale accueillent toujours le plus grand nombre de SDF, au premier rang desquels le 10ème avec 266 individus recensés. Puis viennent le 18ème et le 19ème. Toutefois les arrondissement les plus riches et les plus centraux ont également un nombre important de sans-abri, comme le 5ème, le 6ème et le 7ème, qui comptabilisent 207 personnes en tout.

Les volontaires qui ont arpenté les rues de Paris pour compter les SDF seront à nouveau mobilisés pour un bilan de cette opération, et prépareront la prochaine nuit de la solidarité en 2019. Ces derniers ont beaucoup de mérite, car outre la mission de comptage, ils ont également porté secours à des sans-abri dans un état de santé inquiétant, en partenariat avec des équipes de secours.

Le futur des sans-abri reste toutefois très incertain, puisque le plan grand froid a été réactivé depuis le mercredi 21 février. 

 

Publié le mercredi 21 février 2018 à 15:22, modifications mercredi 21 février 2018 à 14:30

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !