Société

Depuis 15 ans, les enfants dorment de moins en moins

Selon un rapport de trois chercheurs des universités de Tours et d’Orléans, les enfants ont perdu 20 minutes de sommeil en 15 ans.

Selon une étude dévoilée par Le Parisien vendredi 15 septembre, les enfants de 5 à 6 ans auraient perdu entre 15 et 20 minutes de sommeil par nuit au cours des 15 dernières années. Pour les moins de 18 ans, cette perte s’étendrait même jusqu’à 1 heure sur 100 ans.

Cela expliquerait, en partie, pourquoi les enfants en maternelle et CP semblent davantage fatigués à l’école que les grands de 10 ans. Non seulement ils ont moins de résistance que ces derniers, mais ils dorment tout simplement moins que ce qu’ils devraient.

C’est la conclusion d’une nouvelle étude menée par trois chercheurs des universités de Tours et d’Orléans, missionnés en 2016 par le ministère de l’Education nationale.

L’objectif était d’étudier les effets du passage à la semaine de 4 jours et demi. Ainsi, les chercheurs ont étudié les rythmes de 778 enfants, de 5 à 10 ans, issus d’un échantillon représentatif d’écoles.

Enfin, l’étude pointe du doigt le décalage nocif entre le rythme de la semaine et celui du weekend, générateur de déséquilibre. En effet, les trois chercheurs ont relevé le « jet lag social » des enfants, ballottés entre deux rythmes. Celui de la semaine et celui du week-end, fait de couchers tardifs et de grasses matinées, « faussement réparatrices ».

Et Le Parisien prenant en citation Nadine Le Floch, l’une des auteures de l’étude :

Le sommeil n’est pas plastique. Le temps qu’on manque le soir n’est pas récupéré en dormant plus longtemps le matin.

En outre, l’étude relève ainsi un écart de « 30 à 50 minutes » entre le temps de sommeil nécessaire estimé par les parents et celui effectivement constaté.

Pourtant, lorsqu’ils ont école le lendemain, les enfants de 5 ans devraient dormir 11h30. Ceux de 8 ans, 10h30. Et enfin ceux de 10 ans, 10 heures.

L’étude compare le sommeil des enfants ces 15 dernières années. Or, comme le notent les spécialistes, c’est précisément la période d’essor des nouvelles technologies, ordinateurs puis Smartphones en tête.

Des conséquences sur la santé et le comportement

Hypertension artérielle, accidents domestiques liés à la somnolence, les potentielles conséquences d’un déficit de sommeil peuvent être très sérieuses.

Ce déficit de sommeil a pour conséquence des « difficultés de concentration à l’école et des changements de comportement, rendant certains enfants apathiques, ou au contraire agités à l’extrême », relève l’étude.

Enfin, toujours selon ce rapport, les nouveaux rythmes scolaires, qui comprennent le retour de l’école le mercredi et l’introduction d’activités périscolaires après la classe, n’ont pas élevé le niveau de fatigue des écoliers.

En effet, 80 % des parents déclarent que leur enfant se lève sans peine le matin.

 

Publié le dimanche 17 septembre 2017 à 12:08, modifications dimanche 17 septembre 2017 à 11:24

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !